Le courage et la lumière de la convention citoyenne contre l’obscurité et le cynisme d’Emmanuel Macron.

Un face à face. Voilà comment on peut résumer le rencontre entre la convention citoyenne et le Président de la République. D’un côté le courage et la lumière, incarnée par une assemblée qui place la lutte contre le réchauffement climatique comme priorité absolue. De l’autre, l’obscurité et le cynisme d’un homme aveuglé par un logiciel libéral à bout de souffle.

L’histoire commandait ce soir au Président de prendre toutes les mesures de la convention citoyenne tant l’urgence climatique se fait chaque jour plus puissante. Alors que le mercure s’envole, que des incendies dévastent des pleines, que des tsunamis détruisent des milliers de kilomètres semant mort et chaos, ces renoncements sont une véritable trahison. Il y a quelques mois, la main sur le cœur, Emmanuel Macron jurait prendre « sans filtre » toutes les propositions de la convention, se réservant trois jokers.

Ce soir nous sommes loin, très loin du compte. 5 ans après les accords de Paris il faudrait faire réduire les émissions de gaz à effet de serre de 7,6 % par an, chaque année de 2020 jusqu’à 2030, selon l’Onu, pour respecter les objectifs fixés en 2015.

De la rénovation des bâtiments au moratoire sur la 5g en passant par le fret ferroviaire et la fin des zones logistiques, Emmanuel Macron fait le choix des lobbys. Ces décisions engagent l’ensemble du pays sur une voie climatique de non-retour. Chaque degré perdu ne sera jamais récupéré.

Pourtant la pandémie, avec son cortège de morts et de malades, a rappelé avec force que maltraiter la nature avait des conséquences fatales.

Incapable d’assumer ces mensonges, Emmanuel Macron tente ce soir un ultime tour de passe passe avec l’annonce d’un référendum pour ajouter à la constitution que « La République garantit la préservation de la biodiversité, de l’environnement et lutte contre le dérèglement climatique ».

Inscrire cette volonté dans notre texte fondateur est sans doute une chose positive, mais cela restera un vœux pieu si les politiques menées continuent d’être les mêmes. Ce n’est pas d’un référendum dont nous voulons mais d’un changement radical de politique.

Une fois de plus Emmanuel Macron a montré ce soir qu’il ne plaçait pas la question environnementale au cœur de ses préoccupations. N’attendons pas 2022 pour mettre un coup d’arrêt à ces reculs, ces renoncements et ces trahisons.

Dès le mois de juin, envoyons partout des majorités progressistes au pouvoir pour faire des départements et des régions des boucliers écologiques.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s