Projet de loi de finances 2021. Le ferroviaire une fois de plus sacrifié.

Décryptage à chaud des propos de Jean-Baptiste Djebbari à l’Assemblée Nationale ce soir.

Dans le cadre du PLF 2021, il était ce soir question de la partie écologie, développement et mobilité durable. Encore une fois le Ministre délégué aux transports nous a ressorti le même discours selon lequel jamais aucun autre gouvernement n’aurait investi aussi massivement dans le rail.

De quoi parle-t-on vraiment ? Djebbari communique toujours sur un chiffre, les 4,7 milliards d’euros du plan de relance. En vérité seul 650 millions d’euros sont des nouveaux crédits d’investissement. Le reste a pour but de permettre la continuité de travaux déjà programmés pour les deux prochaines années.

Ensuite le Ministre annonce ce soir la réouverture de deux lignes de trains de nuit : Paris-Nice et Paris-Tarbes-Hendaye. Pour quand ? On ne sait pas. Avec qu’elle fréquence de circulation ? On ne sait pas.

Deux trains de nuit, pas vraiment une ambition quand on sait qu’en 2015 existaient encore les liaisons suivants : * Paris – Port Bou / La Tour de Carol quotidien ;* Paris – Rodez / Hendaye quotidien ;* Paris – Toulouse quotidien ;* Paris – Nice / Briançon quotidien ;* Paris – Bourg Saint Maurice / Saint Gervais en pointe hebdomadaire en été et quotidien en hiver ;* Luxembourg / Strasbourg – Dijon – Nice / Port Bou en fin de semaine (du vendredi au dimanche).

Pour donner un ordre d’idée la SNCF a en 2000 décidé de supprimer 300 points d’arrêt sur les 67 trains de nuit circulant quotidiennement de nuit ! Et on nous parle de relancer deux trains de nuit comme un extraordinaire progrès ? Ce n’est pas sérieux.

Sur la remise à niveau du réseau ferroviaire, le Ministre a ce soir promis de sauver « 9000 km de petites lignes » qui sont en danger. L’état ne le fera pas seul, et demande aux régions de mettre la main à la poche. Le réseau est un réseau national, et faire reposer son entretien, sa rénovation, entièrement ou en partie sur les régions n’est pas une solution pérenne et souhaitable. Pire cela risque d’accroître les inégalités entre les régions qui « veulent du train » et celles qui n’en veulent pas. On le voit déjà avec les conventions TER qui concerne les transports de voyageurs. Au bout du compte, ce sont les usagers et la planète qui paieront ensemble l’addition. Pour rappel le train c’est 9 fois moins de CO2 que la route.

Sur le fret, la non plus le compte n’y est pas. Le gouvernement peut bien crier sur toutes les chaînes de télé que le fret est sa priorité, les actes prouvent le contraire. Avec comme seule solution les autoroutes ferroviaires, vielle lubie libérale, nous allons continuer à voir ce mode de transport se dégrader alors même que le volume de marchandises amené à être transporté va exploser d’ici 2050. Au passage, c’est l’enterrement de première classe pour la ligne Perpignan Rungis.

En revanche une chose est sure, Djebbari n’oublie pas ses anciens amis de l’aviation. Là où l’urgence écologique impose d’interdire les liaisons aériennes quand existe un équivalent en train, il promet 1,5 milliard d’euro pour fabriquer l’avion à 0 émission. Consternant.

Sur Twitter le Ministre termine en disant « Transformer les transports qui émettent le plus. Développer ceux qui émettent le moins. Ça, c’est de l’écologie concrète ». Pour le moment ce n’est que de la communication.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s