Confinement jour 32. Depuis le 15 avril, Anthony, inspecteur du travail, ne peut plus exercer sa mission. Il est malade ? Non. Il est en droit de retrait ? Non. Il a été mis à pied par la Ministre du Travail Muriel Pénicaud. Que lui reproche-t-on ? De protéger les salariés !

Quelle période particulière. On se couche avec la mise à pied d’un inspecteur du travail trop précautionneux des conditions de travail des salariés et on se lève avec le décès d’un ouvrier de PSA qui travaillait à l’usine de Poissy. En 24 H, la société nous livre une vérité sans filtre.

Parlons d’abord d’Anthony Smith. Derrière ce nom, qui fait plus penser un à agent secret britannique qu’à un salarié, se cache un inspecteur du travail qui officie dans la Marne. Engagé syndicalement, il est le représentant des inspecteurs du travail au Conseil national de l’inspection du travail. Depuis le 15 avril, Anthony ne peut plus exercer sa mission. Il est malade ? Non. Il est en droit de retrait ? Non. Il a été mis à pied par la Ministre du Travail Muriel Pénicaud. Que lui reproche-t-on ? D’avoir prescrit l’utilisation de masques pour les aides à domicile, tout en adressant régulièrement des lettres de rappel de la règlementation aux entreprises de son secteur. Le message semble clair, d’abord l’économie, pour la santé des salariés on verra plus tard ! Cela en dit long sur l’état d’esprit de ce gouvernement. Le fameux « quoi qu’il en coûte » d’Emmanuel Macron, raisonne différemment quand il est regardé au prisme de cette affaire. Si on se penche de plus prêt sur ce Ministère, on ne sera pas surpris de pareil traitement. Au plus haut niveau, on trouve Muriel Pénicaud. Une Ministre qui en 2013, en tant que DRH de 93600923_261743048559776_7277349662439243776_oDanone, avait empoché en une journée 1,13 millions d’euros sur 900 licenciements. En deuxième échelon, une autre figure bien connu du monde patronal, Antoine Foucher, ancien directeur du pôle social du Medef. En troisième échelon, Marc Ferracci, conseiller spécial de la Ministre du travail, dont la femme Sophie sera directrice de cabinet de Macron puis de Buzyn ou encore BertrandLamberti, ancien dirigeant de l’Apec (le Pôle emploi des cadres), désormais conseiller. Et le moins qu’on puisse dire c’est que ce petit monde se soigne. Avec une rémunération moyenne de 10.980 € par mois, c’est le cabinet le mieux payé de tout le gouvernement.

« Pendant que la macronie poursuit sa chasse aux sorcières, la mort continue de frapper les ouvriers ».

 

Pendant que la macronie poursuit sa chasse aux sorcières, la mort continue de frapper les ouvriers. Nous apprenons aujourd’hui le premier décès d’un salarié de l’usine PSA sur le site de Poissy. Comment justifier l’injustifiable ? C’est à cette question que le pouvoir devra répondre. Alors que des voix de plus en plus nombreuses s’élèvent pour demander l’arrêt des activités non essentielles, patronat et gouvernement tentent de remettre en marche l’économie, piétinant au passage la santé des salariés. En quoi il est essentiel de produire des voitures ?  Au nom de quoi est morte cette personne ? Expliquez-nous, rendez des comptes ! On n’oubliera pas non plus que Macron et ses sbires ont baissé la tête devant Amazon. Sans l’action des syndicats, et la décision salutaire de la justice, combien de salariés seraient morts ? Pendant ce temps la fortune du PDG Jeff Bezos explose tous les records. Depuis le 16 mars, elle a bondi de 33% ! Une fortune, c’est le cas de le dire, qui a un prix. Une exploitation des salariés, et une politique managériale brutale. Jeff Bezos n’hésite pas à licencier celles et ceux qui haussent la voix. Aux États-Unis, les cas s’accumulent : Chris Smalls licencié pour avoir dénoncé le manque de protection. Un employé au Minnesota licencié pour demande de renforcement des mesures de protection. Deux employés du siège licenciés pour leurs propos sur Twitter qui remettaient en cause la direction. Jeff Bezos n’est pas un inconnu de la macronie. Jupiter le recevait à l’Élysée en début d’année.

C’est l’histoire bien connue d’une caste financière qui croit régner en maitre sur la planète. On fait les mêmes écoles, on partage les mêmes clubs de sports, on se croise dans les chalets de montagnes ou sur les plages d’îles paradisiaques … Mais face à la colère de la nature qui s’exprime aujourd’hui au travers du covid19, aucun mur de d’argent ne peut les protéger. Tout au plus retarde-t-il l’échéance. Tic-Tac, Tic-Tac, le compte à rebours a commencé.

 

« Il faut dire non aux primes et mener le combat pour la hausse des salaires »

 

Hier, j’évoquais la colère du monde hospitalier suite aux primes promises par Emmanuel Macron. Pour la combattre, il faut bien comprendre cette stratégie des primes. À la SNCF aussi la direction tente de la mettre en place (prime sur les ventes, primes sur les objectifs de travail …). L’objectif, instaurer la concurrence entre les salariés, et s’attaquer à nos retraites. C’est vrai que pour un infirmier toucher d’un coup 2000 euros de prime, cela peut paraitre alléchant. Avec des salaires bas, c’est directement une bouée de sauvetage. Mais derrière l’apparente bonne nouvelle se caches plusieurs pièges. D’abord les primes sont à la discrétion de l’employeur, ici, l’état. Elles ne sont pas statutaires, donc peuvent disparaitre comme elles sont apparues. Ensuite, on ne cotise pas à la retraite sur ces primes. C’est pour cela qu’il faut toujours prioriser des hausses de salaires.

EVy63PUWkAEUBwDLe Journal Le Monde livre ce matin un tableau relatif au salaire du personnel infirmier dans les hôpitaux. Les chiffres sont accablants. En France leur rémunération est inférieure de 6% au salaire moyen. Quand on compare avec l’Espagne (+23%), l’Allemagne (+13%), la Belgique (+11%) ou le Chili (+83%), cela fait mal à la tête.  Vous connaissez le tarif de l’indemnité de nuit ? 1,07 euros de l’heure et brut ! Alors monsieur Macron, il est tant d’augmenter les salaires : 300 euros net par mois !

 

« Rien n’est impossible, il s’agit juste de choix et de volonté politique. Une fois de plus, à l’épreuve de la vérité les masques tombent »

 

L’écologie sera-t-elle la grande sacrifiée de ce jour d’après ? Le pire est à craindre. Je l’ai à plusieurs reprises évoqué ici. Les jours passent, les choses se précisent. En Europe, le fameux green new deal qui a pour objectif la neutralité carbone à du plomb dans l’aile. Sous couvert de crise sanitaire, plusieurs pays remisent à plus tard leurs objectifs. Le 1ERministre Tchèque a appelé l’UE à oublier ce pacte. La Pologne, elle, souhaite la suppression du système d’échanges de quotas d’émission de carbone, un système où les entreprises qui font des efforts sont récompensées tandis que celles qui ont dépassé leurs plafonds d’émissions, sont pénalisées, et doivent acheter des quotas d’émission auprès d’entreprises environnementales plus vertueuses. Les lobbys ne sont pas en reste. Ils demandent l’abandon de l’usage unique du plastique ou de la flexibilité sur les futures normes environnementales. En France la même stratégie est malheureusement à l’œuvre. Sous couvert de sauver des entreprises en difficultés, comme par exemple Air France ou Renault, la majorité En marche s’apprêtent à voter un chèque en blanc de 20 milliards d’euro sans exiger aucune contrepartie. Emmanuel Macron aime à comparer ce qui se fait dans d’autres pays. Regardons l’Autriche, et on ne peut pas dire que ce soit le royaume du bolchévisme. Pourtant le gouvernement s’apprête à sauver la compagnie aérienne nationale Austrian Airlines en échange d’une limitation sévère des vols court-courriers et de l’utilisation de carburants alternatifs. Rien n’est impossible, il s’agit juste de choix et de volonté politique. Une fois de plus, à l’épreuve de la vérité les masques tombent.

La journée se termine tristement. On apprend ce soir le décès de Saïd et Pierre, éboueurs de la Ville de Paris, des suites du COVID19. Le 2 avril, Élisabeth Borne affirmait pourtant « Il n’y a pas besoin d’avoir des équipements de protection particuliers en matière de collecte des ordures ménagères ». La justice devra être rendue.

Demain matin, je vous donne rendez-vous sur le site du Monde Moderne pour une discussion autour de mon livre avec Alexis Poulin.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s