Confinement, jour 14. Au revoir Jean-Louis.

Aujourd’hui pas de retour sur ma journée. Footing, lecture, actualité … Pas de décryptage de l’actualité. Cela me parait tellement secondaire depuis 12H31. Quand le message de mon père s’est affiché sur mon portable j’ai eu du mal à y croire « Très mauvaise nouvelle (…) Jean-Louis est décédé ce matin ». Terrible. J’ai l’impression que la terre se dérobe sous mes pieds. Non ce n’est pas possible. Relire le message. Une fois, deux fois, trois fois. Comprendre que c’est la vérité. 

 

« Mais ils font quoi tous ces agenais dehors alors qu’il y a du rugby à la télé ? », cette phrase restera à jamais dans ma mémoire. Elle est signée Jean-Louis Castaner, ancien cheminot et militant syndical. Il faut dire qu’il avait un sacré caractère Jean-Louis. Mais un caractère à la hauteur de ses valeurs. Il était de tous les combats, de toutes les manifs. Un passionné, fou amoureux de vélo et de son SUA (le club de rugby d’Agen). Plus de 25 ans après sa retraite, on parle encore de lui comme d’une légende dans les trains. Pour lui, peu de TGV et de grandes lignes comme on dit chez nous. Il adorait les TER, ne pas trop s’éloigner de son Lot-et-Garonne. Son « découché » préféré ? Monsempron-Libos. Une petite gare perdue au fond du département. Ça lui ressemble : caractériel et authentique.

monsempron

Chaque lundi il dévorait Midi-Olympique avant d’appeler mon père pour demander des nouvelles du SUA. Il n’hésitait pas à appeler les journalistes de Sud-Radio pour les « engueuler » s’ils critiquaient son club. Vacances, week-end, grève … Jean-Louis c’était un peu quelqu’un de la famille pour nous. On a tous une anecdote à raconter, un souvenir de nos moments avec lui. Une chose est sûre on ne s’ennuyait jamais. J’ai le souvenir des après-midis à regarder des courses cyclistes avec lui. C’était un passionné et un pratiquant de vélo. Dans les années 2000, alors qu’il nous accompagnait en vacances dans le massif central, nous avions assisté ensemble à une arrivée d’étape au sommet de la station Super-Besse. Il avait tenté de se battre avec un spectateur qui avait failli renverser un cycliste. Du Castaner tout craché. 

Le fil de la vie, et sa rencontre avec Mimi, l’avaient amené à aller vivre à Albi. Il ne manquait pas de critiquer le SC Albi et de le comparer au SUA. Je me souviens des week-end de rugby. Il arrivait en train à Agen le samedi midi, on le récupérait à la gare pour aller au stade avant de le ramener le lendemain matin. J’attendais avec impatience ces week-ends. 

Depuis quelques années l’état de santé de Jean-Louis s’était dégradé. La maladie d’Alzheimer lui avait été diagnostiquée. Pourtant il n’a jamais cessé de donner des nouvelles à ses copains agenais. Avec ses amis et ses proches, il avait fêté ses 80 ans à Agen. Un beau moment. C’était dur, mais il s’accrochait. C’était un battant. 

Aujourd’hui, Jean-Louis nous a quittés. Admis à l’hôpital d’Albi il y à 15 jours, il est parti seul ce matin. L’absence de visite sur ces 15 derniers jours, rendues impossibles par les mesures de confinement, ont fini par avoir raison de lui. J’ai une pensée pour mon papa, Bernard son ancien collègue contrôleur, et tous les copains du syndicat. Ils sont, j’en suis, sûr dévastés.

Au revoir Jean Louis. Tu vas cruellement nous manquer. Tu vas me manquer. 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s