Confinement, jour 5. Le début de l’ennui.

8h30. Ce matin pas de soleil. Le ciel est triste, à l’image du climat qui pèse sur notre pays. Au début de ce cinquième jour de confinement même le café semble avoir un goût différent, fade. Déjà l’ennui gagne du terrain. L’enfermement commence aussi à peser. Et dire que ce n’est que le début…

9H15. Le portable sonne. C’est l’heure de faire le point sur les dossiers de la mairie, notamment la communication. Toujours garder le lien avec les habitants, c’est primordial. C’est aussi dans ces moments qu’on mesure l’importance des collectivités locales et en particulier des mairies. Crèches, CMS, repas à domicile, elles sont en première ligne. A Champigny, nous plaçons depuis des années la solidarité au cœur de nos politiques publiques. C’est plus que jamais le moment de la porter tous ensemble. C’est le message que nous souhaitons faire passer, notamment à destination des jeunes encore trop nombreux dehors. En responsabilité nous avons décidé de fermer les parcs, les jardins et les bords de Marne. Toutes les mesures qui inciteront les gens à rester chez eux seront les bonnes : il en va de leur santé, peut-être même de leur survie. Dans ces moments il est important de serrer les rangs autour du Maire, de faire front avec lui. Il pèse sur ses épaules une immense responsabilité. Nous tranchons, un message partira à destination des jeunes, l’autre du monde associatif. Pour nous qui sommes engagés en politique, qui en avons fait notre engagement, l’inaction est la pire des choses. En temps normal, nos vies vont à cent à l’heure. Parfois à peine le temps de manger, toujours à courir après un dossier. Là, c’est le néant. Un immense sentiment d’inutilité m’anime. Notre engagement nous le voyons au service des autres, de l’intérêt général. Nos actions quotidiennes sont rythmées par cette exigence, améliorer le quotidien des gens. Depuis 5 jours, c’est le néant. C’est difficile à vivre.

 

« L’échéance électorale est une drogue dure pour les politiques »

 

Au moment de terminer ce point téléphonique, un sentiment de lassitude me gagne. Dire qu’en temps normal nous serions à la veille du second tour. Ces moments, et dire le contraire serait mentir, pleins de tensions que nous aimons tant. L’échéance électorale est une drogue dure pour les politiques. J’ai fait de nombreuses campagnes, à différentes responsabilités, est j’ai toujours aimé cette atmosphère. Les termes sont sans doute mal choisis, mais cette tension qui règne à quelques minutes des résultats est enivrante. Après avoir fait des mois de campagne pour convaincre, allons-nous l’emporter ? Tout cela n’aura pas lieu, et sans doute même pas en juin. L’essentiel est ailleurs pour le Bord-de-Marnemoment, sauver des vies.

11H16. Départ pour le désormais traditionnel footing. Il sera plus bref que les deux derniers jours : 24 minutes pour 4,6 kilomètres. Les jambes sont lourdes, le cœur aussi. Je ne croiserai quasiment personne. Signe que les consignes sont enfin respectées, ou pas. À quelques mètres de mon parcours c’est la ruée vers la gare Montparnasse. Spectacle affligeant d’une classe qui croit pouvoir échapper à la maladie en se réfugiant en régions. Au moment de rentrer, petit pincement au cœur en passant devant le restaurant « Chez Papa ». J’aime y déguster leur salade maison, avec une préférence pour « La Papa » (patates sautées, gésiers et foie de volaille, lardons, toast chèvre chaud, cantal). On y cherche bien souvent la verdure, mais quel régal.

A défaut de canard, au menu du midi, salade de lentilles expédiée en quelques minutes. Le repas devient non plus un plaisir mais une habitude. Une sorte de mécanisme.

 

 » J’ai beau regarder au loin, aucun horizon. Le soleil semble lui aussi être rentré en confinement »

 

Aujourd’hui je mesure la dureté d’un confinement. L’après-midi sera longue et monotone. Séries télé, console, débat sur l’état d’urgence sanitaire à l’assemblée … Je zappe, éteins, rallume … Rien ne retient mon attention. Même le balcon d’habitude si salutaire se fait inhospitalier. J’ai beau regarder au loin, aucun horizon. Le soleil semble lui aussi être rentré en confinement. Je fais le choix d’une série qui vide la tête « the punisher ». Parfois ne pas réfléchir fait du bien. D’ailleurs si le personnage principal de la série pouvez porter ces coups sur toutes celles et ceux qui font le tour des plateaux télés pour pleurer sur le sort de l’hôpital public alors que depuis des années ils prônent la réduction des moyens. LCI réussit même le tour de force d’inviter Agnès-Verdier Molinier pour parler de cette question. J’imagine un urgentiste qui termine sa garde et tombe sur ce visage à la télé. Affligeant spectacle.

Un sujet revient aussi au cœur de l’actualité, le fret ferroviaire. Nous le savons, les routiers sont aujourd’hui également en première ligne. Comme beaucoup de professions, ils ne disposent pas de masques, ni de gel en quantité suffisante. Pourtant, on pourrait les protéger ! La solution est simple, mettre des marchandises sur les trains. J’aime à rappeler le chiffre : un train de 35 wagons, c’est 55 camions de 32 tonnes. Mais l’année dernière le président Macron a fait un choix inverse en supprimant par exemple le Perpignan Rungis pour le remplacer par 25.000 camions. C’est un choix de société. Le COVID19 met notre société à rude épreuve. Il met en lumière avec une vérité sans fard les failles de notre modèle. Il imposera une réflexion de fond, sans concessions et sans faux semblants.

Pour ce soir cela sera un bon vieux superman à la télé ! Peut-être qu’il va venir ici nous sauver du virus, qui sait !

 

Au moment de terminer ces lignes, soit 18H30, une alerte RMC s’affiche sur mon portable « 793 morts supplémentaires en Italie en 24H ». J’ai l’impression de prendre un coup de poing dans le ventre. Ma cage thoracique se resserre, l’air manque. On ne cesse de dire que le pic est bientôt passé, mais les cadavres s’accumulent. Je crois que je vais arrêter pour quelques heures les chaines d’infos. Trop anxiogène, trop fin du monde. Pour ce soir cela sera un bon vieux superman à la télé ! Peut-être qu’il va venir ici nous sauver du virus, qui sait !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s