Chronique sur l’extrême droite ; épisode 4 : « Avec le RN, la façade change, pas le fond. »

Les années passent, les apparences se polissent, le fond reste le même. Nantes, Hazebrouck et Six-Fours, 3 exemples qui montrent qu’une couche de peinture ne peut pas transformer le diable en ange. Quand on gratte le vernis du Rassemblement National, la noirceur de ses idées apparait au grand jour. La haine à l’état pur.

Nantes. Hier grâce au travail de Primeralinea, un compte twitter spécialisé dans la recherche d’informations, on apprenait que la candidate du RN à Nantes, Eléonore Revel, et son directeur de campagne, Wilfried Van Liempd, entretenaient des liens « très serrés » avec un groupuscule d’extrême droite nommé «Arsouille Naoned » responsable, le 1er décembre, de l’agression violente d’une militante pour les droits des personnes LGBTQI+. Un des agresseurs, Valentin D, porte un symbole nazi tatoué sur la main (une rune d’Odal, symbole de plusieurs unités SS), est apparu en public à coté de la tête de liste RN et figure parmi les amis de son directeur de cabinet. Il y a quelques mois Valentin D a participé à un tournoi de boxe organisé à Lyon par … Génération Identitaire. Les amis finissent toujours par se retrouver. Cette connivence n’est pas une surprise, et n’est sans doute pas étrangère au climat de haine et à la prolifération de tags nazis qui ont actuellement lieu à Nantes.

Hazebrouck. Cette paisible commune des Hauts-de-France est, depuis des années, marine-le-pen-rassemblement-nationalconvoitée par l’extrême droite française. C’est Pascal Prince qui aura le privilège de conduire la liste du Parti de Marine Le Pen. Un candidat loin d’être princier … En 2017, dans le cadre de la campagne des législatives, il s’était fendu d’une sortie ouvertement raciste au sujet de l’accueil des migrants expliquant « On fera des économies. C’est bon, les Banania. Le Banania c’est très bon pour eux, mais il faut penser aux Français ». Des propos non condamnés à l’époque, et qui aujourd’hui ne posent aucun problème à Marine Le Pen eu égard de son maintien en tant que tête de liste.

Six-Fours. Samedi 22 février c’est au bord de la plage que Marine Le Pen a fait escale pour soutenir le candidat local, un certain Frédéric Boccaletti. Là aussi derrière les paysages de carte postale se cache une autre réalité, bien plus sombre. Boccateli traine derrière lui un long passé …  Dans sa jeunesse, il se fait un nom dans le milieu d’extrême droite en tant que propriétaire de la librairie Anthinéa. Un nom qui ne doit rien au hasard, il rend hommage à Charles Maurras et à son ouvrage Anthinéa.  En 2000, suite à une altercation avec des jeunes où il criait « sales nègres », il sera condamné à six mois de prisons fermes pour « violences en réunion avec arme ». En 2008, il organise une réunion publique où l’invité vedette est :  Éric Delcroix. Il s’agit d’un ancien militant d’Ordre nouveau et avocat de nombreux négationnistes, lui-même condamné pour contestation de crimes contre l’humanité. Un sacré pedigree ! Apparemment pas si repoussant que cela eu égard au déplacement de Marine Le Pen pour venir le soutenir.

Et après on nous parlera de dédiabolisation, de normalité, « d’un parti comme les autres » … Non, le Rassemblement National n’est pas un parti comme les autres. Le diable reste le diable, quand la devanture change, le fond reste toujours le même. Il ne faut jamais l’oublier.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s