En Allemagne les fantômes du nazisme reviennent en force

Thuringe. Ce nom ne vous dit sans doute rien. Ce Land de 16 000 kilomètres carrés, soit la moitié de la Belgique, situé sur le territoire de l’ex Allemagne de l’est, était jadis connu pour ses immenses forêts. Son surnom, le poumon vert. Si j’emploie le terme « était », c’est qu’à partir d’aujourd’hui il sera connu pour une autre spécificité, bien plus sombre. En effet pour la première fois depuis 1945, un président de région vient de se faire élire avec les voix du parti d’extrême droite AFD. C’est un véritable séisme politique qui secoue l’Allemagne et doit nous interroger sur cette montée inexorable des forces réactionnaires nostalgiques des pires régimes de l’histoire.

Depuis la réunification de l’Allemagne, les 5 Länder de l’ex RDA ont perdu 1,2 million d’habitants du fait de l’exode vers les régions les plus riches de l’Ouest. On constate également un écart en terme de rémunération, de productivité et de chômage de l’ordre de 20 %. Comme dans le nord de la France, la désindustrialisation, le sentiment d’abandon des populations fait de terribles ravages.

Un exemple, sur les 500 plus grandes entreprises du pays, seules 36 sont localisées en ex-Allemagne de l’Est. Le Thuringe a lui perdu une bonne part de ses industries les plus caractéristiques ainsi que 60 à 75 % de ses emplois.

Déclassements, humiliations et expulsions sont un terreau où l’AFD prospère.

Mais ce contexte, le parti d’Angela Merkel en porte une lourde responsabilité. En alliant ses voix à l’AFD pour faire élire le libéral-démocrate (FDP), Thomas Kemmerich, il rompt une digue jusqu’alors insubmersible. Cela n’est pas s’en rappeler les liste communes RN/FN qui se profilent dans de nombreuses communes pour les municipales en 2020 en France.

Non l’extrême droite, qu’elle soit allemande, française ou Italienne, n’est pas une formation politique comme les autres. C’est aussi ce travail de banalisation qu’il faut comprendre et dénoncer chaque mot pour les porter à la connaissance du plus grand nombre.

Dans cette région, l’AFD est dirigée par Björn Höcke. Un homme qui en 2017 affirmait « nous sommes le seul peuple au monde à avoir planté au cœur de notre capitale « un monument de la honte » en faisant référence au Mémorial de la Shoah construit à Berlin. Un accident ? Non. Il récidivera en qualifiant de « grand problème » le fait qu’Hitler soit décrit comme « l’incarnation du mal absolu » et demandera que les bombardements alliés durant la Seconde Guerre mondiale soient reconnus comme « crimes de guerre.

Aujourd’hui le poumon vert de l’Allemagne suffoque. Le vert vire au gris. Va-t-il définitivement s’étouffer ou sera-t-il assez fort pour se régénérer ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s