Retraites, enfumage XXL !

Depuis plusieurs semaines les têtes pensantes, à se demander réellement si elles le sont, multiplient les opérations communications autour de la réforme des retraites. Âge pivot ; âge légal, durée des cotisations, durée du temps de travail … tous les arguments sont utilisés tant le gouvernement sait que ce dossier est hautement inflammable. Pourtant rien n’arrive à masquer la réalité : Emmanuel Macron souhaite faire travailler plus longtemps les français pour une retraite aléatoire et forcément inférieure à celle que nous connaissons aujourd’hui.

En fixant comme cap indépassable 14% du PIB pour financer notre système de retraite Jean Paul Delevoye se base unique sous le prisme de l’économie. Mais les retraites ce n’est pas simplement cela. Ce sont, comme le dit Olivier Dartigolles, les plus belles années de notre vie. Des années où l’on profite de sa famille après une vie de travail, pour beaucoup pénible avec des horaires décalés, des heures de transports de plus en plus longues et un salaire pas souvent décent. Et on voudrait aller encore plus loin ?

Hier sur CNEWS, Geoffroy Didier a ressorti une vielle marotte de la droite, les français travailleraient moins que les autres. Faux. Toutes les études le montrent, les français travaillent autant que les autres, voire même plus. Au niveau annuel, un français travaille en moyen 1514H contre 1356 pour l’Allemagne et 1408 pour le Danemark. Peut-être le président parle-t-il du temps de travail par semaine ? Là aussi les chiffres sont sans appel ; 36,3h par semaine en France, contre 36,4h en Espagne et 34,8h en Allemagne. Les Français ne sont pas des fainéants.  Ils battent même des records de productivité. Selon Eurostat, qu’on ne peut pas qualifier d’officine de gauche, en 2014 le taux de productivité d’un travailleur français été de de 128,5 contre 126,9 pour l’Allemagne ou 99,4 pour le Royaume-Uni.
Déjà depuis des années notre système de retraite a été attaqué par les différents gouvernements. Conséquence, au niveau individuel les pensions ont connu au cours des 25 dernières années une érosion de leur pouvoir d’achat. Par exemple le pouvoir d’achat d’un retraité non-cadre du secteur privé a diminué d’environ 3 %, entre l’année de leur départ à la retraite et 2018. Celui d’un retraité cadre né en 1932 a enregistré une baisse de près de 14 % !

18259879lpw-18260490-article-retraite-age-retraite-jpg_6085277_660x281Une autre réalité doit être rappelée. En France, les futurs retraités ne sont pas égaux face à l’espérance de vie. Plus on est riche, plus on vit longtemps. En France, les 5% les plus aisés ont une espérance de vie supérieure de 13 ans à celle des 5% les plus pauvres pour les hommes, et de huit ans pour les femmes. Les hommes les plus pauvres ont une espérance de vie de 71 ans seulement, contre 84 ans pour les plus riches. Pour les femmes, les plus pauvres vivent en moyenne jusqu’à 80 ans, contre plus de 88 ans pour les plus aisées.

Dernier argument des libéraux « regardez le modèle suédois ». Parlons-en justement. Confrontée à un vieillissement de sa population, la Suède a opté, il y a 13 ans, pour un système à points, obligatoire et universel. Conséquence l’âge légal de départ en retraite passera de 61 à 64 ans d’ici 2026, et le montant des pensions est passé de 53% du salaire de fin de carrière aujourd’hui, contre 60% en 2000. On considère même qu’aujourd’hui 15,8% des plus de 65 ans sont en dessous du seuil de pauvreté contre 7,8% en France.

Selon un indicateur d’exposition au risque de pauvreté ou d’exclusion sociale (AROPE), élaboré par la Commission européenne, en 2016 17% des Suédois de plus de 65 ans sont exposés à ces risques, cette proportion monte à 22% pour les femmes. En France la proportion est de 10%. Pour le modèle suédois, on repassera.

Le constat c’est bien, mais il faut des propositions. Sérieusement qui peut croire que le problème dans ce pays concernant notre régime de retraite, c’est le financement ? On parle d’un pays qui est champion d’Europe dans le versement de dividendes (51 milliards au 2ème trimestre 2019) et qui exonère les riches de plus de 3 milliards d’impôts en supprimant l’ISF. Comme l’a proposé Fabien Roussel dans les colonnes de l’Humanité, taxons le capital, les revenus financiers, les dividendes, les placements au même titre que le revenu de chaque salarié. Ils doivent cotiser et participer à la solidarité. Cela nous permettrait de récupérer 30 milliards et de financer la retraite, décente, à 60 ans pour tous.

Oui une retraite par point est inégalitaire, précarise et crée de la pauvreté. Aucune opération communication d’Emmanuel Macron ne masquera cela. Les salariés de la RATP, imités hier par les avocats et différentes professions libérales, ont lancé un premier message fort, si le gouvernement ne recule pas, l’épreuve de force aura lieu. Le peuple France demeure très attaché à son modèle social basé sur la solidarité. Le gouvernement doit l’entendre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s