Rentrée 2019, nouvelles aventures et nouveaux horizons.

Après quasiment dix ans à la SNCF, j’entame une nouvelle aventure. C’est dans ces moments particuliers, qu’on regarde en arrière, toujours avec émotion. Dix ans d’une belle aventure, faite de rencontres humaines et de combats qui marquent à jamais. Cette culture cheminote, je la dois à mon père. C’est en 1995 sur ses épaules, que j’ai pour la première fois arpenté les rues dans le cadre d’une manifestation. Je me souviens encore des discours de William et de ses mots qui raisonnent encore aujourd’hui dans ma tête. De Saint-Michel à Montauban, en passant par Saintes et Cognac, ces 10 ans furent passionnants.

Impossible ici de citer toutes les personnes, avec qui je me suis lié d’amitié qui m’ont accueilli et intégré. Le lien conducteur de ces 10 ans, c’est la CGT-Cheminots. J’ai au moment d’écrire ces quelques lignes, une pensée pour Marc Martel, secrétaire du syndicat de Montauban, qui m’a non seulement fait confiance dès le départ, mais m’a aussi déménagé, hébergé ! Un camarade qui aujourd’hui est devenu un ami. Et que dire de Carole, Mario, Vincent, le fameux « looping », Hugues, Fred, Jocelyn et tant d’autres ! Une vraie famille, avec ses engueulades, ses disputes mais à la fin toutes et tous dans la lutte avec la CGT-Cheminots. Les repas des « retraités, enfin plutôt des festins au regard de la composition des menus, qui se tenaient chaque vendredi vont sans aucun doute me manquer. Refaire le monde jusqu’à pas d’heure autour d’une partie de cartes, avec Éric, Claude, « Sisi » ou « Lulu », ça n’a pas de prix.

oCes 10 ans, ce sont aussi des moments difficiles, parfois d’immenses désillusions avec des conflits de haut niveau sans pour autant obtenir ce que nous souhaitions. Mais ce sont aussi 10 ans de souvenirs inoubliables. Aussi bien dans le cadre du CESER, que du CSHCT ou de l’UDCGT 82, j’ai croisé des femmes et des hommes extraordinaires. C’est ce qui fait la richesse de notre organisation, des expériences et des parcours différents, mais une même matrice, lutter pour l’intérêt général. La dernière bataille pour le train des primeurs, qui est loin d’être terminée, est le symbole de ce qui fait notre engagement à la CGT-Cheminots. Défendre un outil utile à l’ensemble des citoyens, en lien avec les cheminots de site, les élus locaux et nationaux. Qui d’autre que la CGT-Cheminot aurait pu mener cette bataille et créer les conditions d’une victoire ? Personne. Et nous allons LA gagner !

ONCF, Mutuelle Entrain, et rail agenais, trois structures que j’ai CÔTOYÉES et qui incarnent à merveille la solidarité de la famille cheminot.

Un mot aussi pour Michel Ricci, ancien secrétaire général CGT-cheminot Midi-Pyrénées, que j’ai eu l’occasion de côtoyer (trop peu à mon goût mais la retraite a sûrement été plus attirante que moi) avant son départ et qui m’a permis d’intégrer le CESER. Je me suis souvent inspiré de ses rapports introductifs lors des CGS. Toujours les mots justes, avec à chaque fois le lien entre l’actualité politique et nos batailles syndicales.

Lina à l’UD, Sophie à l’UGICT, Gilbert et Didier à la fédération CGT des cheminots sont aussi des visages qui ont compté dans ma construction syndicale et politique.

Une bataille restera dans ma mémoire, celle menée pour obtenir la réintégration de Rajae Gueffar, salariée d’ONET, injustement licenciée. Un an de bataille collective où nous avons pu faire plier la direction d’ONET et gagner son retour au travail.

Un nouvel horizon s’ouvre désormais À moi. C’est le début de nouvelles aventures avec un nouveau job qui s’annonce passionnant. Comme avant la rentré scolaire, l’excitation est à son comble.

Enfin en janvier se tiendra mon procès contre Génération Identitaire, j’en profite au passage pour remercier toutes les personnes qui ont accepté d’intégrer mon comité de soutien. Cela sera l’occasion de la sortie de mon premier livre, un ouvrage sur l’extrême droite que j’ai rédigé après avoir réalisé un Tour de France des territoires. Merci également à Marie Pierre Vieu pour m’accompagner dans cette aventure.

Aujourd’hui une page se tourne, mais ne se referme pas. D’abord car je suis en disponibilité. Ensuite car je vais continuer à m’occuper du collectif des cheminots PCF et suivre l’actualité de la CGT-Cheminots. Comme on dit chez nous : « cheminot un jour, cheminot toujours. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s