Perpignan Rungis, le train des primeurs doit être mis sous protection citoyenne !

Les grands annonces du gouvernement et de la SNCF ont laissé place à la triste réalité : rien n’est fait pour relancer la liaison ferroviaire entre la plateforme Saint-Charles de Perpignan et le MIN de Rungis.

En juillet dernier, après avoir fait circuler le train à vide pour masquer son incapacité, Elisabeth Borne promettait que le train « des primeurs » circulerait à nouveau en novembre.

Deux exigences devaient être remplis. D’abord la réalisation d’un audit sur les wagons frigorifiques, et ensuite un travail avec les chargeurs pour assurer que le train circule avec un chargement complet.

Où en sommes nous ? À l’heure actuelle aucune des deux conditions ne sont remplies. Concernant l’audit, alors même que le représentant FRET SNCF s’y était engagé en juillet dernier, aucune demande de révision ou de maintenance n’a été engagée. Au cœur de l’été la SNCF a transféré les wagons frigorifiques sur le triage de Nîmes, évoquant de fallacieuses raisons de sécurité. La vérité c’est que FRET SNCF a décidé de mettre à mort ces wagons frigorifiques afin de rendre impossible toute reprise du trafic. On entend déjà la réponse de la SNCF au 1er novembre « on aimerait bien faire circuler le train mais les wagons ne sont pas en état ». C’est du sabotage !

Ensuite concernant les chargeurs, la situation est simple. Après ROCA au mois de juillet, REY vient à son tour de quitter définitivement les lieux. Aucun des deux chargeurs historiques n’est désormais présent sur le site. Et on va nous expliquer que le train va repartir chargé en novembre ? Là aussi, la sentence est déjà écrite « on veut bien faire circuler le train, mais il est vide ». Mensonge.

Depuis le début, toutes les parties jouent un jeu de dupes visant uniquement une chose : fermer la liaison ferroviaire entre Perpignan et Rungis pour favoriser le tout routier !

La semaine dernière Emmanuel Macron s’est ému, à juste titre, en marge du G7 au sujet des incendies en Amazonie et de leurs conséquences sur le réchauffement climatique. Comment croire un président qui se drape dans ses habits de « super héros vert » pour un sujet international, mais qui laisse mourrir un train avec pour conséquence le transfert de 25.000 camions par an sur les routes ? La lutte contre le réchauffement climatique ne passe par le combat contre une décision qui va engendrer 44 tonnes de CO2 supplémentaires dans l’air chaque jour ?

Encore une fois avec la macronie, il y a les mots et les actes.

Depuis des mois cheminots, élus politiques et citoyens se mobilisent pour défendre un train emblématique. Un train utile socialement, économiquement et écologiquement.

Face à la volonté de casse de la SNCF et du gouvernement, le train des primeurs doit être mis sous protection citoyenne.

Ne laissons pas les fossoyeurs décider à notre place de notre avenir !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s