Train Perpignan Rungis, trahison écologique et mensonge d’État !

Alors qu’il annonçait, il y a 15 jours, par voie de presse, le sauvetage du train Perpignan Rungis, nous savons aujourd’hui que le gouvernement mentait.

En effet, lors de la dernière réunion au ministère, les chargeurs avaient confirmé à la ministre qu’ils n’utiliseraient plus le train, à compter du 15 juillet. Ils l’ont confirmé cette semaine aux salariés de la plateforme Saint-Charles à Perpignan.

Incapable d’assumer la suppression d’une liaison ferroviaire qui occasionnera le transfert de 25.000 camions sur les routes, à quelques jours des élections européennes, le gouvernement a fait le choix de mentir aux salariés ! Un exemple de plus de son mépris à l’égard de celles et ceux qui, chaque jour, produisent les richesses de notre pays.

Une fois de plus, c’est le tout routier qui se voit dérouler le tapis rouge, niant l’urgence écologique à laquelle nous sommes confrontés.

D’autres choix sont possibles. Rien n’est inéluctable. Il faut ouvrir, dans ce pays, un véritable horizon au fret et cela passe par le sauvetage de ce train emblématique !

D8NDdU4XsAEn7SINous considérons que trois étapes sont nécessaires pour maintenir, pérenniser et développer cette ligne ferroviaire.

Il faut, dans un premier temps, un plan d’investissements sur 25 ans, pour assurer l’exploitation de la ligne. Ensuite, il faut que fret SNCF organise la desserte et enfin mettre les chargeurs face à leurs responsabilités.

Les différents acteurs du dossier jouent, depuis plusieurs mois, un jeu de dupes avec pour conséquence la casse d’un outil d’intérêt général. D’un côté, la SNCF, engagée dans une casse effrénée du fret ferroviaire avec, pour objectif, la filialisation ; de l’autre, des chargeurs, obnubilés par une course aux profits et qui voient, par la route, un moyen de pratiquer du dumping social tout en s’exonérant des coûts relatifs à l’utilisation des infrastructures.

En revanche, les différents acteurs sont bien silencieux quand il s’agit de parler rentabilité sociale ou écologique.

L’urgence de la situation implique des mesures fortes. Ce que certains prétendent économiser d’un côté, la population le paye au centuple de l’autre !

Ce mardi 4 juin au matin, à notre initiative, dans le cadre d’une conférence de presse, où étaient présent la CGT-Cheminots, le PCF, la France Insoumise, EELV, Génération-S et CP Train Perpignan Rungis, trahison écologique et mensonge d’État !.jpgplusieurs associations écologistes, nous avons interpellé Elisabeth Borne, ministre des transports, pour dénoncer un mensonge d’État.

Le collectif national des cheminot-e-s demande au gouvernement des actes immédiats et concrets pour assurer le maintien, la pérennisation et le développement de cette liaison ferroviaire.

Nous demandons que la ministre des transports déclare la liaison d’intérêt national.

Le PCF, dont les courriers à la ministre sont restés sans réponse, demande à être reçu par Élisabeth Born pour porter nos propositions.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s