Le PCF évincé des grands débats audiovisuels, scandale démocratique et mise en danger du pluralisme !

Alors que les élections européennes se profilent à grands pas, que les restitutions du grand débat sont imminentes, deux médias nationaux tentent d’évincer le PCF de ses plateaux.

D’abord, BFM. La chaine d’info en continue, qui organise un débat le 20 mars sur la suite de la crise des gilets jaunes, n’a pas invité le secrétaire national du PCF, Fabien Roussel. Alors que plusieurs partis politiques ont fait le choix de refuser de participer au grand débat, le Parti communiste français est la seule force politique française à avoir participé, à l’échelle du territoire, à ce grand débat. Pendant plusieurs semaines nos militantes et militants ont sillonné la France avec des cahiers de doléances pour recueillir la colère populaire. Nous les remettrons, samedi 16 mars, au 1er ministre, Édouard Philippe.

Ensuite, et c’est plus inquiétant, France 2 organise un débat, le 4 avril, sur les élections européennes sans y convier Ian Brossat, tête de liste du PCF lors de ces élections. Inquiétant car ce débat va se dérouler sur une chaine du service public. À ce titre sa présidente, Delphine Ernotte, a une double responsabilité. Elle est garante du pluralisme politique ainsi que du bon fonctionnement du service public audiovisuel. Avec cette décision, elle ne respecte aucune de ses deux obligations.

Le PCF, pour rappel, ce sont des milliers d’élu-e-s locaux, le premier parti de France en termes d’adhérent-e-s, deux groupes parlementaires, au sénat et à l’Assemblée nationale, ainsi que des député-e-s européens. C’est aussi un parti, et c’est le seul, qui a voté en cohérence contre l’ensemble des traités libéraux qui enchainent les peuples européens au dogme de l’austérité budgétaire. Mais ce n’est pas tout, avec notre liste, l’Europe des gens contre l’Europe de l’argent, nous avons fait le choix de présenter 50% d’ouvriers et d’employés ! C’est un fait unique en France.

Mais le PCF c’est aussi des député-e-s européens sortants, avec un bilan qui mérite d’être connu et représenté sur les plateaux télés.  Un seul exemple, le moratoire sur la libéralisation des services publics à l’échelle européenne mis en en place par Marie-Pierre Vieu et Marie-Christine Vergiat ! Ce document qui analyse les effets dévastateurs de l’ouverture à la concurrence dans les domaines du rail, de l’électricité, la poste et le gaz au travers de 4 pays (Espagne, Slovaquie, France et Allemagne), est une première au niveau Européen.

On peut donc aisément dire qu’aucun argument valable ne pourrait justifier notre éviction du débat politique !

Alors Madame Delphine Ernotte, reprenez-vous et adressez dans les plus brefs délais une invitation à Ian Brossat !

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s