Algérie, la soif de liberté explose le carcan de l’oppression.

Quelles sont belles ces images des rues d’Algérie. Voir cette jeunesse se dresser contre ce qu’elle appelle « le mandat de la honte » fait briller des étoiles dans nos yeux. En s’opposant au président Abdelaziz Bouteflika, les algériennes et les algériens prennent à leur tour le chemin de la liberté et de la dignité. C’est LEUR printemps.  Depuis son « élection » en 1999, si on peut parler d’élection car tous les candidats se retirèrent pour dénoncer les conditions d’organisation du vote, Bouteflika a utilisé son pouvoir personnel pour mettre en place un capitalisme sauvage et hautement corrompu. Aujourd’hui, la jeunesse lui oppose un véto populaire. Il est temps de passer le flambeau du pouvoir, comme il l’avait promis, en mai 2012, avant son AVC. Un flambeau que le peuple est prêt à prendre.

64136.HR.jpgNi les chars anti émeutes, ni les dispositifs policiers massifs ne feront reculer une jeunesse trop longtemps oppressée. La matraque se fracassera sur le peuple. Quand la soif de justice sociale, d’égalité se déversent avec tant de force, elles emportent tout sur leur passage. Alors que le pouvoir avait parié sur une jeunesse désemparée, sans conscience de classes, la réponse de la rue est cinglante. Les universités, cœur battant de la résistance, sont la boussole de cette jeunesse qui veut des lendemains heureux.

Un pouvoir à la dérive. Pour se maintenir aux affaires, Bouteflika va tenter de manipuler les élections en achetant des voix, perpétuant ainsi un système corrompu qu’il a, lui-même, mis en place, depuis des décennies. Mais quel que soit le résultat de ce scrutin, l’Algérie de demain ne sera plus la même. Si la date est incertaine, l’issue est inéluctable. Le peuple va prendre le pouvoir.

Mais quel silence coupable de la France ! Alors qu’Emmanuel Macron avait mis quelques heures à peine pour reconnaître le pantin américain Gaido comme nouveau président du Venezuela, on attend toujours sa réaction concernant la tentative de Bouteflika de briguer un 5ème mandat. Les intérêts financiers sont plus importants que la justice sociale et démocratique au pays de Jupiter. Pathétique.

Comme l’exprime un slogan qui raisonne dans toute l’Algérie : « un seul héros, le Peuple ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s