Amazon rétablit l’esclavage !

L’entreprise Amazon, propriété de l’homme le plus riche du monde, Jeff Bezos, vient de déposer un brevet concernant un bracelet de surveillance à destination de ses employés.

Jamais en retard quand il s’agit d’exploiter les salariés! Ce bracelet serait capable de vérifier la position des mains des employés quand ils sont au travail dans les entrepôts d’Amazon. Il vibrera, si l’employé n’a pas les mains au bon endroit, s’il attrape le mauvais colis ou simplement s’il n’est pas actif. Avec ce bracelet, l’entreprise entend également surveiller la durée des pauses prises par les employés, sur une journée de travail. Et le nombre de fois où il va aux toilettes, non ?

Championne de l’évasion fiscale, en 2017, Amazon n’a en effet payé que 8 millions d’euros d’impôts en France, pour 24,9 milliards d’euros de chiffre d’affaires dans le monde. L’entreprise se lance maintenant dans la traite des salariés, ou comment rétablir l’esclavage moderne !

entrepot_Amazon_Allemagne_visite_guideeDepuis le début de l’année, l’entreprise, connue pour ses conditions de travail inhumaines, s’est faite remarquer par le refus d’accorder la prime Macron aux salariés. Dans le même temps, elle a licencié plusieurs de ses employés pour délit d’opinions. En effet, ceux-ci avaient osé témoigner leur solidarité aux gilets jaunes, sur les réseaux sociaux.

Amazon n’en est pas à son coup d’essai. En 2018, l’entreprise avait déjà été épinglée pour avoir créé un algorithme écartant les candidatures de femmes. En 2017, elle a saisi des ordinateurs dans les locaux syndicaux, sans autorisation, et en l’absence des représentants du personnel. En 2015, la multinationale est même prise en flagrant délit d’une fraude qui visait à faire baisser ses statistiques élevées d’accidents du travail.

Avec ce bracelet, Amazon entend franchir un palier supplémentaire dans le contrôle de ses employés. Dans la tête de Jeff Bezos, les femmes et les hommes, qui travaillent dans ses entrepôts, ne sont que des numéros qu’il faut presser jusqu’au dernier souffle pour gagner de l’argent. Sa fortune personnelle a clairement le goût du sang.

Et si nous déposions, collectivement, un brevet pour mettre un bracelet au poignet du PDG d’Amazon, Jeff Bezos, afin de savoir où il cache son pognon et mettre fin à l’évasion fiscale ?

Un nom de brevet, le BIASM, le bracelet d’imposition à la source des multinationales.

Bien plus utile à l’intérêt général.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s