De Toulouse à Barcelone, sur le chemin des luttes !

Mardi, direction Toulouse. Alors que les besoins de déplacements sont de plus en plus importants, notamment dans notre région Occitanie, et que nous venons de signer une convention TER de haut niveau, la direction régionale de la SNCF entend être chef de file de la casse du ferroviaire public. En réponse au PST (Projet de Service des Territoires), qui valide la fin de la présence des contrôleurs à bord des trains et la diminution des dddouvertures de guichets sur la région, les cheminotes et les cheminots étaient appelés à se mobiliser. Force est de constater que la mobilisation n’était pas aussi importante que prévue. Cependant, des signes d’espoir persistent. Après trois mois de grève historiques, ultra éprouvants aussi bien psychologiquement que financièrement, les cheminot-e-s sont toujours déterminés à défendre le rail public.

Symbole du mépris à notre égard, la direction n’a même pas daigné descendre sur les marches pour discuter avec les cheminot-e-s. Qu’importe, et c’est mal nous connaître que de penser que nous allions accepter cette attitude, les 300 salariés présents sont montés interpeller la direction. Le courage ne l’étouffe pas, mais les cheminot-e-s sont venus lui rappeler ses responsabilités !

Alors que la mobilisation du 17 novembre, qui ne repose sur aucune revendication, se retrouvant être instrumentalisée par l’extrême droite, connaît un écho retentissant, des camarades y compris cheminot-e-s s’interrogent sur l’intérêt d’y participer. La colère peut s’entendre, elle est même légitime. Pour autant, cet appel ne pose aucune véritable question de fonds. Quelle serait la colère de millions de citoyens concernant la hausse du prix des carburants si nous avions un maillage territorial ferroviaire de qualité permettant d’aller travailler et étudier en train sans avoir recours à la voiture ? Aujourd’hui, en Tarn-et-Garonne, il n’est pas possible de vivre à Moissac ou Caussade et d’utiliser le train pour aller travailler à Toulouse ! Et si vous habitez à Montauban et que vous travaillez ou étudiez à Agen, un train passe à 7h23 ou 9h, ou… 12h13 ! L’enjeu est là aujourd’hui, développer un transport ferroviaire public de qualité, où les gares sont des bases d’intermodalité pensées pour les besoins des usagers. Une autre chose m’interpelle, c’est l’absence de la question écologique. Chaque année, 50.000 personnes meurent, en France, en raison de la pollution. Le coût sanitaire annuel est estimé à 100 milliards d’euros et on veut se mobiliser pour « plus de voitures et de camions sur les routes ». Car c’est bien de cela dont il est question, baisser le prix de l’essence pour prendre la voiture. Quelle vision rétrograde et courtermiste ! En revanche, pas un mot sur la taxation des profits de Total ou sur la baisse de la TVA concernant les transports collectifs.

Après ce rassemblement, direction Barcelone pour assister, mercredi, à la journée des mobilités des travailleueuses et des travailleurs en Europe. Profitant de mes quelques heures de train, je plonge dans le dernier ouvrage de Ian Brossat « La ville uberisée ». Quand on connaît Barcelone, et c’est mon cas, cet ouvrage relate une réalité, celle de la défiguration des centres-villes et des quartiers historiques au profit du tourisme de masse aseptisé. Comme le souligne Ian dans son livre, Barcelone qui compte chaque année 8 millions de touristes, subit de plein fouet le développement de la plateforme AirBnB. Le soir, en déambulant dans le quartier légendaire du Barrio Gottic, je mesure l’ampleur du désastre. En 11 ans, la population de ce quartier est passée de 27470 habitants à 15624 ! La moitié de sa population a dû se résoudre a quitté le quartier, incapable de supporter la hausse du coût de la vie, imposée par la plateforme en ligne. Heureusement les citoyens ne restent pas impuissants, des mobilisations citoyennes naissent, encouragées, il faut le dire, par l’action de la mairie Adau Coldau, qui a fait du combat contre la plateforme une priorité de son mandat. Il ne s’agit pas ici d’opposer touristes et habitants, mais bien de permettre à celles et ceux qui y travaillent de pouvoir y vivre. La ville est magnifique quand elle devient le carrefour de la mixité sociale, quand les cultures se mélangent et fusionnent. AirBnd, derrière son apparente volonté d’économie collaborative, développe l’inverse, elle aseptise les villes et dénature nos quartiers.

Avant d’aller partager le repas avec mes camardes, passage obligé au musée des arts DownloadSanta Monica pour voir l’exposition « 55 urnes per la llibertat ». Magnifique. Émouvante. On peut, ou pas, être favorable à l’indépendance mais on ne peut pas accepter qu’aujourd’hui des femmes et des hommes demeurent en prison, en raison de leur opinion politique. La démocratie repose sur une idée : pas de délit, pas de sanction. Sinon on bascule dans un autre régime. Quand on sait que la justice espagnole requiert un quart de siècle de prison contre Oriol Junqueras, 17 ans contre Carme Forcadell, et entre 10 et 15 pour les autres, c’est insupportable. L’État espagnol s’enfonce dans l’autoritarisme et piétine la démocratie. Les prisonniers politiques catalans doivent être libérés immédiatement ! C’est une exigence démocratique.

Le soir, Barcelone la nocturne, brille de milles feux. Elle nous entraîne à coup de tapas et cervezas au bout de la nuit.

Mercredi matin. Réunion au siège de l’UGT de Catalunya. Alors que j’apprends que le président Français rend hommage à Petain, le nom de la salle, dans laquelle nous sommes réunis, raisonne avec encore plus de force : la salle des brigades rouges internationales. Dans son message d’accueil, Camil Ros, secrétaire général de l’UGT de Catalunya, rappelle l’urgence de mener la lutte contre l’extrême droite partout en Europe. L’histoire ne doit jamais oublier que le Marécha Pétait a reconnu le régime de Franco et a aidé l’Espagne dans le massacre du Rif.

Quand on parle mobilité, et particulièrement mobilité transfontalière, se pose la question de la libre circulation des travailleuses et des travailleurs. Alors que, dans l’Europe libérale actuelle, les capitaux et les marchandises circulent sans aucun problème, c’est bien plus compliqué pour les individus. Consacrée par l’article 20 du traité sur l’Union européenne, la liberté de circulation et de séjour est également garantie par l’article 45 de la Charte européenne des droits fondamentaux. Pourtant, aujourd’hui, les politiques menées, notamment dans des états où l’extrême droite est aux affaires, contreviennent à ses principes. Les enjeux sont pourtant énormes. En Catalogne, où résident 8 millions de xxxpersonnes, on compte 1 million de personnes nées hors de la région. Sur 3 millions de travailleurs actifs en Catalogne, 450.000 sont des travailleurs étrangers, soit 13% d’actifs. Nous devons affirmer clairement la volonté de renforcer et développer les liaisons transfrontalières, par exemple par train entre Perpignan et Gerone. La mobilité ne doit pas être un frein à l’emploi. Après 5 heures d’échanges de qualité, nous clôturons la réunion sur un appel à s’opposer à l’extrême droite et à ses idées racistes et xénophobes. Derrière son discours au vernis social, l’extrême droite sera toujours l’ennemi des travailleuses et des travailleur. Un exemple l’illustre à merveille : l’Autriche. Une des premières décision du gouvernement d’extrême droite a été de rétablir la journée de travail à 12h, pour le plus grand plaisir du patronat ! Et le mois dernier, profitant de sa présidence au conseil de l’Europe, l’Autriche a annulé sans motif la réunion du Conseil emploi et politique sociale (EPSCO) !

Mercredi soir, retour de Barcelone en voiture … faute de train. En effet, la veille j’ai reçu un sms lapidaire m’indiquant que mon train au départ de Narbonne en direction de Toulouse « était supprimé », la SNCF m’invitant « à reporter mon voyage », sans aucune possibilité de substitution !  Comme si reporter son voyage, au dernier moment, était aussi simple, comme si un salarié pouvait décider de ne pas aller au travail le lendemain ! L’avantage de rentrer en voiture, si je peux parler d’avantage, c’est que j’ai pu mesurer, une fois de plus, l’urgence à développer le fret ferroviaire. Entre le passage de la frontière et Perpignan, j’ai compté plus de 350 camions pour 32 km, soit 10 camions par kilomètre ! Ce n’est plus possible. Là encore, le gouvernement, qui se veut garant de la transition écologique, mène un double jeu, avec, d’un coté un discours qui vise à justifier la taxation des carburants et de l’autre met en péril l’avenir de la planète, en cassant le fret ferroviaire et en jetant des millions de camions supplémentaire, sur les routes !

Et que dires des fermetures de petites lignes, de petites gares qui se multiplient ? Aujourd’hui,  18 millions de français, soit un citoyen sur 3, se trouvent en zones blanches des transports publics ! Et on compte nous faire croire que c’est en augmentant le prix des carburants que nous allons relever le challenge de la lutte contre le réchauffement climatique ? Soyons sérieux ! Pourquoi ne pas taxer les profits colossaux de Total, 10 milliards par an, pourquoi ne pas baisser la TVA à 5% sur les transports en commun ? Voila de vrais choix ambitieux ! Et quand Emmanuel Macron se permet de dire « je ne veux pas taxer le travail, je préfère taxer le carburant », il prend ouvertement les français pour des imbéciles ! Car, au final, taxer un salarié qui met de l’essence, c’est taxer son pouvoir d’achat, donc son salaire, donc son travail !

20h, enfin de retour à domicile. Un rapide coup d’œil sur les chaines d’infos me laisse percevoir l’ampleur de la polémique suite aux propos d’Emmanuel Macron. Non Pétain n’est pas un grand général, non il ne mérite pas d’hommage national. Il mérite une seule place, celle qu’il occupe actuellement, à savoir les poubelles de l’histoire. En me couchant le soir j’ai une pensée pour le frère de ma grand-mère, emprisonnée par les Allemands en 1945. Les plaies sont vives, Emmanuel Macron vient des les ouvrir un peu plus encore.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s