Après s’être attaquée au droit de grève, la droite sénatoriale veut ficher les personnes interdites de manifestation !

Pour rappel, cette droite sénatoriale avait tenté d’interdire le droit de grève avec un projet de loi, enregistré à la présidence de l’Assemblée Nationale, le 11 avril 2018. Dans celui-ci, elle préconisait que « toute participation à une grève politique est constitutive d’une faute lourde justifiant le licenciement » ou encore que « pour être légale, la grève doit être votée par un scrutin organisé à bulletin secret et sous réserve que 50% au moins des salariés de l’entreprise s’y déclarent favorables ». Aujourd’hui, elle va encore plus loin en proposant de créer un fichier « des personnes interdites de manifestations ».

La proposition de loi « visant à prévenir les violences lors des manifestations et à sanctionner les auteurs » énonce, dans son article 3, la création d’un fichier permettant de recenser les personnes interdites de manifestations. Ce projet de loi indique que les préfets pourront « prononcer des interdictions de manifester à l’encontre d’individus susceptibles de représenter une menace grave pour l’ordre public ». Ce texte, attentatoire aux libertés individuelles, donne des pouvoirs très important aux préfets. En effet, ceux-ci pourront autoriser des palpations et des fouilles de sacs « dans un périmètre délibéré » sur « les six heures » précédent la manifestation.

14-08-02_etat-nominatif_lightboxLa création d’un tel fichier rappelle des heures extrêmement sombres de notre histoire. Je peux citer deux exemples. Le premier, en 1886, où la troisième République met en place un « Carnet B » avec pour objectif de recenser celles et ceux qui se livrent à des activités d’espionnage. Très rapidement ce fichier va devenir un outil destiné à recenser « les leaders anarchistes, syndicalistes et révolutionnaires, ainsi que les militants antimilitaristes ». L’objectif était clair, arrêter toutes les personnes susceptibles de « troubler l’ordre public ou gêner la mobilisation, en cas de déclenchement d’une guerre ». Le deuxième, en 1942, où Pierre Laval s’adresse aux préfets pour leur annoncer la création d’une nouvelle liste intitulée « Liste S », rapidement renommée «Fichier S». En clair, cette liste devra pointer « les individus considérés comme dangereux pour l’ordre public (tels qu’agitateurs et propagandistes extrémistes) ». On sait où conduira cette liste, à la déportation des juifs et des opposants politiques.

En 2018, il est tout simplement surréaliste que la droite tente de proposer un tel fichage. Derrière les mots, il y a une réalité. Alors nous sommes en droit de nous demander qui sont les personnes réellement visées ? Inutile de pousser la réflexion bien loin, ce sont les militantes et militants syndicaux, politiques, associatifs, anti-capitalistes… en clair, toutes celles et ceux qui se mobilisent contre l’ordre établi. Ce projet de loi poursuit un but unique : intimider et menacer !
Non les mobilisations sociales ne sont pas des délits !

Cette volonté de « mettre au pas » celles et ceux qui résistent, luttent et relèvent la tête s’inscrit dans une période où la répression est plus jamais au cœur de l’action du gouvernement comme en témoigne la condamnation à six mois de prison ferme de Roga, jeune étudiant de Nanterre qui s’était mobilisé contre la loi ORE (Orientation et réussite des étudiants) modifiant les modalités d’entrée à l’université.

Alors que partout en Europe l’extrême-droite progresse dangereusement, où, sous couvert de lutte contre le terrorisme, les pouvoirs ne cessent de rogner sur les libertés individuelles, cette loi scélérate doit être jetée aux oubliettes.

Une mobilisation massive s’impose pour la mettre en échec. Nous ne pouvons tolérer la création de fichiers de « contrôle » des gens. C’est à la fois attentatoire aux libertés individuelles et insupportable en terme de valeurs Républicaines.

Que la droite se rassure, elle pourra utiliser tous les procédés qu’elle veut, aussi infâmes soient-ils, nous ne baisserons jamais la tête ! JAMAIS !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s