Brigitte Barèges propose d’enfermer les enfants dans des centres fermés !

Alors que l’affaire du pistolet braqué par un adolescent sur une professeure suscite de nombreuses réactions, Brigitte Barèges, fidèle à sa réputation, a indiqué qu’elle était favorable au transfert de certains élèves dans des « pensionnats fermés et encadrés », tout en privant leurs parents d’allocations familiales.

Comme souvent, la grille de lecture de la maire de Montauban, tout comme ses propositions, relèvent de la rhétorique de la droite extrême, voire de l’extrême droite.

Pour rappel, le dispositif Ciotti, dont Madame Barèges souhaite le retour, abrogé par François Hollande en 2013, avait entrainé 619 suspensions d’allocation sur 300 000 élèves absentéistes lors de la première année du dispositif. Inefficace et injuste.

Cette agression, qu’il faut condamner avec fermeté, met en lumière ce que subissent de très nombreux personnels de l’éducation nationale dans nos quartiers populaires.

La réponse à apporter doit être éducative et non sécuritaire, ni répressive. Personne ne parle du manque de moyens, alors que c’est une question centrale. Combien d’emplois de professeurs des écoles supprimés, combien d’emplois de personnel du secondaire supprimés ?

6fyWxjQAujourd’hui, la France, 6ème puissance économique mondiale, investit moins dans son éducation que la moyenne des pays de l’OCDE; tout en consacrant, en parallèle, un budget frisant les 35 milliards d’euros dans son ministère des Armées. C’est inacceptable !

Clairement, le désengagement de l’Etat, l’autonomie des établissements et la marchandisation accrue isolent et mettent les jeunes en concurrence et les enseignants en difficulté, pour mieux répondre aux attentes du patronat.

La France a besoin d’un vrai plan d’urgence pour l’école, en rupture avec l’austérité. En supprimant massivement les contrats aidés, qui très souvent assuraient un maillage associatif d’éducation populaire extrêmement utile, le gouvernement participe au maintien des inégalités sociales et scolaires.

Moderniser l’école ce n’est pas mettre en concurrence les élèves et les enseignants, ce n’est pas proposer d’enfermer les enfants « difficiles » dans des centres. Moderniser l’école c’est permettre d’étendre son champ à de nouveaux domaines, comme dans la petite enfance, par exemple. C’est également développer la recherche, élever la qualification de ses agents, penser une formation initiale et continue leur permettant de maîtriser les contenus et les enjeux de leurs missions, reconnaître leur travail, augmenter leur salaire et sécuriser les emplois. Sur tout le territoire, tous les élèves ont besoin d’enseignants et personnels solides parce que formés et protégés par le statut de la fonction publique d’état, leur permettant d’exercer sereinement leur métier et d’être mieux payés.

Le PCF82 condamne fermement cette agression et dénonce les propos honteux de Madame Barèges.

La solution n’est pas dans l’enferment des enfants mais bien dans le développement d’une politique éducative nationale, avec des objectifs débattus démocratiquement qui redonnent du sens à l’école, accompagnés de mesures cohérentes, échelonnées dans le temps.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s