Fichage politique organisé par EU DisinfoLab. Cette ONG doit être dissoute !

Hier, j’ai découvert avec stupéfaction qu’à la suite de l’affaire Alexandre Benalla et mon activité sur twitter, une ONG se dénommant EU DisinfoLab me fichait aux côtés de milliers d’autres personnes (élu-e-s, de militant-e-s politiques, syndicaux voir simples citoyens).

Mon numéro de fichage politique par l’ONG EU DisinfoLab est donc le 5817. En 2018, on découvre l’existance de fichiers d’opposants politiques au pouvoir en place. Voilà donc des méthodes dignes des années sombres de notre pays ayant des relents de celles utilisées par la police de Vichy. Après les barbouzes de l’Élysee, place maintenant aux délateurs du net !

Hier, dès que j’ai pris connaissance d’une telle pratique, j’ai saisi immédiatement la CNIL et en application des articles 21.1 et 17.1.c du règlement général sur la protection des données, j’ai demandé la suppression de mon fichage (compte Twitter et ses données) ainsi que celle du référencement des pages concernées.

38829191_2056443471339295_5572670000126230528_nDevant les nombreuses demandes reçues, la CNIL a annoncé qu’elle allait instruire « les plaintes dont elle a été saisie ». C’est une excellente nouvelle. Notre état de droit fonctionne encore.

Il convient de rappeler que la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés stipule dans son article 8, et je cite : «Il est interdit de traiter des données à caractère personnel qui révèlent la prétendue origine raciale ou l’origine ethnique, les opinions politiques, les convictions religieuses ou philosophiques ou l’appartenance syndicale d’une personne physique ou de traiter des données génétiques, des données biométriques aux fins d’identifier une personne physique de manière unique, des données concernant la santé ou des données concernant la vie sexuelle ou l’orientation sexuelle d’une personne physique. »

Nous sommes face à un cas d’une extrême gravité. Une ONG, financée par Twitter, partenaire de l’UE et de l’OTAN vient de ficher nominativement, des citoyen-ne-s français en raison de leur appartenance politique, suite à leur prise de position sur les réseaux sociaux lors de l’affaire Benalla. C’est illégal et c’est une violation des règles européennes relatives à la protection des données.

Cette enquête réalisé par EU DisinfoLab, et relayée par des membres du gouvernement, a dans un premier temps tenté de faire croire à un complot Russe contre le gouvernement français, avant de finalement se retracter en affirmant que « rien ne permet d’affirmer d’une quelconque ingérence russe », pose de nombreuses questions.

Qui a financé cette étude ? Dans quel but ? Y a t-il un lien entre les nombreux comptes twitter supprimés et cette liste ? Qui est le commanditaire de cette étude ?

Des réponses claires doivent être apportées. Notre démocratie est aujourd’hui en danger et cette affaire met une nouvelle fois en lumière un fait inquiétant : nos libertés individuelles ne cessent de se restreindre. Jusqu’où cela ira-t-il ?

Des sanctions fortes doivent être prises. Je demande aujourd’hui, la dissolution de l’ONG EU DisinfoLab suite à ce fichage honteux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s