Glyphosate, Cyril et Nicolas Hulot.

La semaine dernière, au nom du PCF82, en compagnie de Catherine Philippe, j’ai eu le plaisir de rencontrer Cyril, maraîcher en agriculture biologique sur son exploitation à Lafrançaise.  Cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la démarche engagée par le Parti communiste du Tarn-et Garonne autour des ventes solidaires de fruits et légumes, et plus largement autour de notre volonté de promouvoir un autre modèle agricole, aussi bien en termes de consommation que de production.

20170711182212985-0Cet agriculteur au parcours atypique, policier pendant 10 ans, a défrayé la chronique l’été dernier suite à son coup de gueule sur les réseaux sociaux. Quand je l’interroge sur le motif de sa colère Cyril précise « qu’à cause des standards actuellement en cours qui veulent que les légumes soient parfaits, nous avons dû laisser pourrir plus de 5 tonnes de courgettes, soit un coût de 10 000 euros, pour une exploitation comme la nôtre c’est énorme ! ».  Alors que des milliers de personnes meurent de faim dans notre pays, un tel gaspillage ne peut susciter que colère et indignation.

« Pour moi cette histoire a été un déclic » m’indique Cyril, qui dénonce au passage  le refus des grossistes de prendre ses courgettes sous prétexte qu’elles n’étaient « pas belles  ». En réalité, ici comme dans la grande distribution, les grossistes appliquent les mêmes standards.

Depuis le jeune couple d’agriculteur, Cyril travaille sur son exploitation en compagnie de sa femme Caroline, a décidé de privilégier la vente directe, car «c’est plus simple d’expliquer pourquoi nos légumes ont des tâches quand on a le consommateur en face de nous ».

Quand Cyril parle de son travail, de ses légumes, on sent une véritable passion, une envie de partager son travail, d’expliquer, de faire découvrir … Ici nous sommes au cœur de ce qui doit être l’agriculture de demain, une agriculture à taille humaine, avec des produits de qualité, bio et qui privilégie les circuits courts et non la grand distribution. Une agriculture qui permette aux agriculteurs de vivre dignement et au consommateur de pouvoir acheter des produits de qualité à des prix accessibles à tous.

Il faut sortir du modèle agricole productiviste qui abîme la nature, empoisonne l’environnement et épuise les vies. En France, tous les deux jours un agriculteur met fin à ses jours.

Avant de terminer la visite, Cyril souhaite nous montrer un produit dont il est particulièrement fier : le chou Kale.  « C’est un produit  peu connu en France mais qui connaît un véritable succès aux États-Unis, en raison du fait qu’il regorge  de nutriments et d’antioxydants» nous indique Cyril. Pour moi c’est une véritable découverte.

Depuis « l’histoire des courgettes » Cyril et Caroline n’ont pas perdu de temps. en lien avec l’agropole d’Agen ils travaillent sur un projet de transformation qui consiste en la déshydratation à basse température des légumes, pour à la fois garder leurs propriétés et nutriments et permettre de les conserver plus longtemps ».  C’est avec un large sourire que Cyril nous dit que son produit vedette sera la chips de Kale ! Ainsi la boucle est bouclée.  Ce processus novateur, en plus d’être utile sera également créateur d’emplois. En effet si celui-ci arrive à son terme, le couple de maraîchers bio prévoit d’embaucher deux personnes. Magnifique.

Cette première rencontre fut extrêmement enrichissante, et nous avons posé les premières pierres de notre collaboration pour la prochaine vente de fruits et légumes solidaire que nous allons organiser au mois de mars.

En parallèle de cette visite, et alors que le débat sur le glyphosate s’invite sur la scène publique, je viens de terminer le dernier ouvrage de Marie-Monique Robin intitulé « le Roundup face à ses juges ». Sans aucune honte je peux dire que j’ai pris un véritable « coup de pied dans la gueule ». Bien sûr j’étais au courant de la nocivité des pesticides, mais j’étais loin d’en  mesurer les conséquences sur l’ensemble de la planète telles qu’elles sont précisées dans ce livre. Cet ouvrage devrait être diffusé à grande échelle, être mis dans toutes les mains ! Il faudrait même le déclaré d’utilité publique !9782707197399

Au travers des témoignages bouleversants, je pense ici à Sabine la maman de Théo, un petit garçon né en 2007 et qui a déjà subi plus de 50 opérations, à Maria Luiz, la maman de Martina, victime à un an et demi d’une atrésie de l’œsophage, où encore à Anura Premaraphue, cet agriculteur Sri-Lankais, victime d’une maladie rénale et dont la sœur est morte de la même maladie, on peut voir les dégâts irréparables que cause le glyphosate. Partout où Monsanto passe, il sème la mort.  Parmi tous les chiffres qu’on retrouve dans ce livre, un a particulièrement retenu mon attention, celui relatif au développement de l’autisme. Aux États-Unis le nombre d’enfants  souffrant d’autisme était de 2 pour 100.000 dans les années 1960/1970, 1 pour 50 en 2014 et d’après les prévisions, si rien n’est fait, le chiffre sera de 1 pour 12 en 2050 !  Ce n’est pas dans 3, 5 ou 10 ans qu’il faut interdire le glyphosate ! C’est immédiatement qu’il faut l’interdire ! Il y a urgence, sanitaire et environnementale !

Au travers du récit précis et argumenté de Marie-Monique Robin on perçoit aussi comment la machine Monsanto broie tous celles et ceux qui tentent de s’opposer à elle. Campagne de dénigrement, menaces, mensonges et corruption … Pour obtenir les avis favorables des différentes agences sanitaires, véritables sésames pour Monsato dans la quête du renouvellement de ses produits, et notamment le glyphosate, sur le territoire Européen, la multinationale ne recule devant rien. On touche ici du doigt le symbole du capitalisme, un système où les profits  de quelques-uns se font au détriment de la santé de millions d’autres, tout en mettant en péril l’avenir même de la planète.  Devant un tel renoncement politique, la société civile se mobilise, les associations mènent un combat formidable avec des moyens extrêmement limités comparés aux milliards et à l’armée d’experts  semeurs de mort dont dispose Monsanto.  Je tenais ici, à saluer ces hommes et ces femmes, qui partout dans le monde mènent une bataille extrêmement difficile.  Il y  a urgence à ce que les forces politiques progressistes les accompagnent, le PCF, qui le fait déjà depuis de nombreuses années, doit continuer pour mettre fin à ce système mortifère.

Enfin je terminerai par quelques mots sur Nicolas Hulot, un homme que je crois sincère et pour qui j’ai beaucoup de respect. Dans un entretien d’une page accordé dimanche au Nicolas-Hulot-que-reste-t-il-de-ses-ambitions-de-departJDD, le ministre de la transition écologique et solidaire  dit se donner un an pour voir s’il est utile. Quand on lui demande s’il s’est fixé des lignes rouges il répond « je suis le seul à les connaitre ».  Apparemment la concession de la plage de La Baule à Véolia ou l’adoption du CETA n’en sont pas ! Peut-être que la question du glyphosate Nicolas Hulot se montrera plus ferme ? Non, l’ancien pourfendeur du CETA, affirme au  JDD qu’il est favorable à une sortie dans 3 ans ! Un reniement de plus pour celui qui apparait aujourd’hui uniquement comme la caution verte du président Macron.  Nicolas Hulot affirme qu’il partira au moment il se « reniera ». Mais qu’attend-il ? Alors qu’il n’a jamais obtenu gain de cause sur aucun arbitrage et que le glyphosate est en passe d’être ré-autorisé, il n’est pas n’est pas nécessaire d’attendre un an, c’est maintenant qu’il faut partir.

En réalité c’est au final la même question qui se pose, dans quelle société voulons-nous vivre ! Pour moi, l’agriculture de demain c’est Cyril et Caroline et leur ferme bio. Loin, très loin, de Monsato et de ses produits qui sèment mort et misère.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s