Intervention au CESER dans le cadre de l’avis « sport et cohésion sociale ».

Ce matin j’ai participé à la dernière réunion de préparation de la commission 10 « santé, sport et cohésion sociale » du CESER Occitanie afin de finaliser notre avis « sport et cohésion sociale ». 

 

Dans le cadre de cet avis je suis intervenu avec mes camarades de la CGT sur la partie sport en entreprise pour rappeler que si « les activités physiques et sportives dans le cadre de l’entreprise peuvent contribuer à limiter les risques de pathologies professionnelles, notamment les troubles musculo-squelettiques, l’épuisement professionnel, voire les burn-out »,  ces hqdefaultpathologies professionnelles, qui résultent avant tout d’une mauvaise organisation du travail basée sur la mise en concurrence permanente des salariés, doivent avant tout être combattuepar l’amélioration des conditions de travail, la fin des méthodes de management agressif  (comme le lean management) et le  partage du temps de travail.

 

En effet le sport peut être un outil pour atténuer les dérives qui résultent du monde du travail capitaliste, mais en aucun cas il ne doit être vu comme le moyen unique de lutter contre les maladies pro, le burn-out et l’épuisement. Il ne faut pas que certains se dédouanent de leurs responsabilités en promouvant le sport dans leur entreprise. Au nom de la CGT j’ai rappelé que le meilleur moyen de lutter contre ces maux serait d’améliorer les conditions de travail, de partager le temps de travail, de respecter la démocratie sociale et d’arrêter les formes de management qui épuisent les salariés et abîment les vies. 

 

Je suis également intervenu pour préciser qu’en aucun cas le sport ne doit être vu comme un moyen d’améliorer la performance des salariés et de l’entreprise. Pour la CGT cela n’a rien à voir avec le fil conducteur de notre rapport, à savoir  faire du sport comme outil de cohésion sociale. 

 

J’ai aussi proposé au nom de la CGT la suppression des lignes qui précisaient que « développer la pratique d’activités physiques peut constituer un nouvel outil, notamment parce qu’il aide à faire tomber, sur un temps donné, les barrières managériales classiques, à libérer la parole ».  Quelle utopie ! 

 

Quand les entreprises organisent des journées dédiées au sport c’est dans le but de faire passer des idées, des messages et non de prendre soin de la santé des salariés. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s