Remise en cause du régime spécial de retraite et fin du statut des cheminots, Macron se pose en fossoyeur du rail public !

Dans le magazine interne de la SNCF, Les Infos Le Mag, Emmanuel Macron a annoncé vouloir supprimer le régime spécial de retraite des cheminots dès 2018 tout en prônant une transformation profonde de l’entreprise en échange de la reprise de la dette ferroviaire. Chantage inacceptable !

Dans le même temps, deux sénateurs, Louis Nègre (LR) et Hervé Maurey (UDI), ont présenté à la presse une proposition de loi sur l’ouverture à la concurrence du transport ferroviaire de voyageurs traitant notamment du transfert  des cheminots au sein d’entreprises privées.

Emmanuel Macron, head of the political movement En Marche !, or Onwards !, and candidate for the 2017 presidential election, talks with staff members as he sits in a train en route to deliver a speech in LilleLes fossoyeurs du service public sont à l’œuvre.

Pour Emmanuel Macron  « le défi de la SNCF sera  de se réinventer et non de rester sur la protection du passé », affirmant aux cheminots que les « protéger ce n’est pas protéger votre statut où le job d’hier ».

Dans la bouche du président Macron, on connait maintenant trop bien le sens du mot « se réinventer ». Il signifie libéralisation, flexibilité et précarité.  En résumé  la vision du président est la suivante : une SNCF hyperconcurrentielle et la fin d’un personnel à statut.

L’ouverture à la concurrence, présentée comme une solution miracle par les libéraux de tous bords, aura pour conséquence une dégradation du service rendu, une hausse des tarifs pour les usagers et un recul social pour les salariés.

Quand à la question de la dette, il convient de rappeler qu’elle résulte de lourds investissements réalisés par la SNCF lors de la construction des lignes à grandes vitesses, des investissements imposés par l’État. C’est donc une dette l’État !

Le service public ferroviaire, voyageurs et marchandises, du 21ème siècle doit être construit autour d’une SNCF 100% publique et intégrée.  Il est impératif de rompre avec les orientations des dernières  réformes ferroviaires  qui ont entrainé un recul sans précédent du rail public dans notre pays.

Plutôt que de stigmatiser les cheminots en parlant du « mythe » de leur statut, Emmanuel Macron devrait s’interroger sur le mythe de la concurrence comme remède magique !

Alors que d’autres ont déjà fait le choix de logiques concurrentielles désastreuses pour le ferroviaire public, le PCF, dans le cadre de la #LaBatailleDurail, et en lien avec ses parlementaires continuera à œuvrer pour le maintien et le développement d’une SNCF du 21ème siècle 100% publique. Une SNCF sécurisée, de qualité et  accessible à tous quel que soit son lieu sur le territoire.

Thomas Portes. Responsable national de la campagne #LaBatailleDuRail pour le PCF

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s