Jean-Luc Mélenchon : la stratégie de l’hégémonie continue

Encore et toujours le même processus. Alors que les organisations syndicales appellent à une journée nationale de grève le 12 septembre 2017, Jean-Luc Mélenchon fait le choix d’appeler à se mobiliser à une date différente, le 23 septembre (date qui est aussi celle de la marche pour la paix). Pourquoi ?

Nous le savons que trop bien. Depuis maintenant plusieurs mois, le leader de la France téléchargement (1)Insoumise tend à se placer comme seul et unique rempart au libéralisme. Il s’agit du fameux crédo : moi et le peuple. Mais cela marche-t-il ?

Regardons en arrière. Pas très loin, simplement arrêtons-nous sur les élections législatives et présidentielles. À chaque fois Jean-Luc  Mélenchon a refusé toute forme de rassemblement, laissant ainsi le pays entre les mains d’un ex-banquier d’affaires devenu aujourd’hui monarque d’une démocratie en déliquescence. Chapeau-bas ! Le capitalisme, système à bout de souffle cherchant à se renouveler pour éviter de se consumer de ses propres vices n’en demandait pas tant.

J’ai eu la faiblesse d’esprit de penser que Jean-Luc Mélenchon en aurait tiré les conséquences. Erreur !

Pendant que les députés communistes appelaient à se rassembler devant Versailles en marge du congrès réunit par le président de la République, JLM, lui, appelait ses forces à un rassemblement place de la République ! Il est vrai que nous sommes tellement nombreux que nous avons le luxe de nous permettre la division !

Il faut impérativement sortir de ce schéma mortifère qui sclérose les forces de gauche, éteint la flamme de l’espoir et assombrit les perspectives de victoire pour le camp du progrès social.

Alors que les coups portés par le libéralisme se font de plus en plus violents, il nous faut unir nos forces et non les disperser. Plus que jamais la notion de convergence des luttes prend tout son sens.

Élus, salariés, syndicalistes, citoyens, chômeurs, jeunes, retraités … Nous avons tous un intérêt commun à défendre : le code du travail.

En effet, c’est ce texte construit dans le sang et les luttes,  qui aujourd’hui encore, protège les hommes et les femmes de l’arbitraire du patronat.

Un document que tente de déchirer un gouvernement acquis à l’idéal de société prôné par le MEDEF. Une société oú l’humain est un précaire, corvéable à merci, au service du capital et de ses serviteurs ! Ne laissons pas faire.

Chacune et chacun doit reprendre ses esprits, unir nos forces est la seule solution pour mettre en échec la casse du code du travail.

Pour ma part  je serai dans la rue, le 12 septembre au côté des organisations syndicales et le 23 septembre pour la grande marche nationale en faveur de la paix.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s