Projet de code du travail : du sang et des larmes en prévisions !

Dans son édition du jour, le journal Le Parisien révèle les grandes lignes des ordonnances Macron sur  le code du travail, la protection et la santé des salariés et le temps de travail.

Au regard du contenu explosif de ce projet d’un autre âge, on comprend mieux pourquoi le nouveau président de la République souhaitait attendre les élections législatives pour dévoiler la matrice de ses ordonnances.

Car le soi-disant champion de la modernité nous propose de revenir au temps des forges. Là où les forçats du travail subissaient la violence sociale, économique et physique de quelques grands patrons. Pour Macron la modernité c’est donc le retour au comité des Forges ! En prévision du sang et des larmes pour les salariés.

Avec ces 9 ordonnances, donc certaines portent sur des points jamais évoqués, le MEDEF, qui a placé une des ses plus éminentes représente au ministère du travail en la personne de Muriel Pénicaud, peut se frotter les mains.

Sous couvert de « faciliter la création d’emplois grâce à une meilleure fluidité du marché du travail », argument totalement fallacieux,  Emmanuel Macron souhaite opérer un dynamitage total de toutes les protections des salariés, actant définitivement la toute puissance du chef d’entreprise du fait de l’inversion de la hiérarchie des normes.

C’est vite oublier que ce code du travail, auquel les français demeurent largement attachés, s’est construit au fil des luttes et  des grèves. Il y a 101 ans, en 1906, c’est lors de la tragédie de Courrières, qui coute la vie à 1099 mineurs, que nait le code du travail. Chaque page, chaque article est marqué par le sang de celles et ceux qui ont payé de leur vie leur engagement pour que les salariés échappent à la dictature de la rentabilité.

Travail de nuit, le contrat de travail, la durée du travail, la santé ou la sécurité des salariés… Autant de sujet que le gouvernement de Macron entend remettre en cause, au cœur de l’été, par la procédure la plus anti-démocratique qui existe sous la 5ème République : les  ordonnances.

Encore une fois, il s’agit de savoir dans quelle société nous voulons vivre. Macron nous propose le retour de l’asservissement au travail et la précarité à vie.  Le Parti communiste français propose une autre vision, celle d’une vie digne faite d’un travail reconnu, correctement payé avec un bon salaire, permettant le droit au repos et aux vacances pour tous.

Un seul mot d’ordre : l’été, ce n’est pas fait pour casser le code du travail.

Mercredi 7 juin, l’ensemble des candidats et candidats présentés et soutenus par le PCF vont se déployer sur l’ensemble du territoire pour dénoncer les atteintes gravissimes des ces ordonnances.

Les 11 et 18 juins, faisons élire le maximum de députés PCF et FDG, pour combattre ce projet mortifère. Ne donnons pas de majorité au gouvernement Macron !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s