L’exigence de rassemblement.

Après trois  mois de concours Lépine de celui qui se montrera le plus libéral, voir le plus réactionnaire sur certains thèmes de société, le résultat est tombé. Il est sans appel. Avec plus de 40% des suffrages recueillis sur environ 4 millions de votants, François Fillon est le grand vainqueur de cette primaire de la droite et du centre. En revanche le progrès, la liberté et la justice sociale en sont les grands perdants.

Car il faut bien mesurer de qui on parle, de quoi on parle. Bien sur, dans un premier temps, nous n’allons pas bouder notre joie de voir se terminer la vie politique de Nicolas Sarkozy.  Un homme qui a érigé en pratique d’état le clientélisme, le chantage et la menace sur la justice et la presse. Mais cette petite « victoire » n’est qu’une faible contrepartie au regard de ce qui se profile.  Avec François Fillon c’est un programme « Thachtérien » qui s’impose, du moins sur les sujets économiques.  L’ancien premier ministre fait de l’austérité budgétaire sa ligne conductrice. Jugez-plutôt : suppression de 500 000 emplois publics, suppression de l’ISF (mais hausse de la TVA, impôt le plus injuste), retraite à 62 ans, retour au 39h dans la fonction publique…  Avec plus de 110 milliards d’euros d’économies annoncée dans la sphère publique, dont plus de la moitié par les administrations de la sécurité sociale, ou encore 20 milliards d’euros d’économie sur les collectivités territoriales, ce que Fillon appelle « son choc libéral » pour redresser la France, n’est rien d’autre que la mise à mort de notre modèle social.

Son projet de société n’est pas mieux. Il a même des doux relents de passé « vichyste ». Car avec la victoire de Fillon, c’est l’arrivée au pouvoir de Sens Commun, la branche politique de La Manif pour Tous.  Avec l’ancien député de la Sarthe, c’est la part belle aux familles traditionnelles.  Au cœur de ses propositions sociétales : opposition au droit à l’avortement, interdiction de l’adoption plénière pour les couples homosexuels et loi anti-burkini. Pour l’éducation ? Comme Nicolas Sarkozy, il se fait le champion du récit national, proposant une réécriture pure et simple des programmes d’histoire afin « de les concevoir comme un récit national à même de redonner confiance aux enfants ».  Lisez le programme du Front National, vous trouverez la même idée  …

Le challenger Juppé ? A quelques différences minimes c’est la même chose.  85 milliards d’euros économies, suppression de 200 000 emplois de fonctionnaire, restriction du droit du sol, retraite à 65 ans, limitation des mandats syndicaux … Aucune différence de fond, la même ligne : l’austérité et le favoritisme des plus riches !

Fillon, comme Juppé, c’est un programme économique bon avec les riches et dur avec tous les autres, à commencer par les plus pauvres. C’est un programme réactionnaire sur les thèmes de société. Un programme destiné à faire croire que l’on peut faire du neuf avec du vieux. Un programme construit autour de la même axiome, à savoir  la surexploitation des travailleurs.

Et nous à gauche que faisons nous ? Plus que jamais face à de tels projets l’exigence du rassemblement doit l’emporter.  Il faut sortir des postures, chacun, aujourd’hui, doit faire un pas vers l’autre pour que la gauche anti-libérale et anti-austérité se rassemble en vue des prochaines échéances électorales.  Il faut bien prendre la mesure de la situation, on parle d’atomisation de la gauche, de sa disparition ! Nous sommes à une période où le basculement idéologique et politique vers des années de plombs est possible.

Lors de notre conférence nationale, nous les communistes, avons adopté à plus de 90% une résolution qui fixe comme priorité le rassemblement. Il est aujourd’hui  temps de le mettre en œuvre.  Il y a urgence, il nous faut entrer en campagne le plus rapidement possible !

Le PCF, comme il a toujours su le faire, doit prendre ses responsabilités pour éviter un tel désastre. Le 24, 25 et 26 novembre, les militants communistes doivent se prononcer sur leur choix pour les élections présidentielles, et législatives à venir. Ce choix, quel qu’il soit, sera le choix que je défendrai. Rien n’est plus cher, à mes yeux, que l’unité chez les communistes.

Pour ma part, en responsabilité et en conscience, je pense que la meilleure solution est celle de l’option 1. Pourtant, et je l‘ai plusieurs fois énoncé,  j’ai certains désaccords avec Jean –Luc Mélenchon. Mais, au regard de la situation, et pour plusieurs raisons, il me semble que cette solution est la meilleure.

Bien évidemment il n’est pas question de  ralliement à Jean-Luc Mélenchon, mais d’un soutien. Cela doit nous permettre de lancer immédiatement une grande campagne communiste autour de grandes propositions. Car bien évidement, lors de cette campagne, comme de toutes les autres, nous garderons notre indépendance de paroles et d’initiatives. Il n’est pas pour nous question de rentrer dans le cadre, qu’on tente par la force de nous imposer, qu’est la France Insoumise. Cadre bien trop rigide et étroit, loin des exigences de rassemblement qui sont les nôtres.

Cette solution est, à mes yeux,  la meilleure à même de nous permettre de faire entendre notre voix. De montrer notre utilité, nos propositions et notre rôle central dans la gauche d’aujourd’hui. Dans cette gauche d’alternative au libéralisme, cette gauche qui se construit autour de nos valeurs historiques : des valeurs de paix, de justice sociale, d’égalité et de progrès.

Si cette solution est aujourd’hui la meilleure, elle n’est pas une fin en soi, mais un nouveau pas qui doit nous faire tendre vers notre double objectif initial : gagner les constructions majoritaires indispensables et œuvrer pour le rassemblement anti austérité le plus large possible.

Face au danger d’un second tour droite / FN, qui ne présage rien d’autre que du sang et des larmes, il nous faut nous rassembler, créer de l’espérance et rallumer la flamme de l’espoir.

Voila les enjeux pour ne pas vivre des lendemains malheureux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s