2017 : Le rassemblement ou l’abîme.

18 décembre 2017 –  Comme chaque matin, Eric ouvrier chez Peugeot, prend son café à 5h30 devant les informations.  Comme chaque matin, depuis plusieurs semaines, il assiste au même spectacle. À savoir, une bagarre médiatique entre la cheffe de l’opposition, Marine Le Pen et le président de la République, Nicolas Sarkozy.  Comme chaque matin, avant d’aller travailler, il ne pense qu’à un mot : « unitas ».

30 octobre 2016 – Où en sommes-nous aujourd’hui ? Dans une situation extrêmement difficile, où la gauche apparaît comme une force totalement discréditée.  Cela, personne ne peut le nier. Pour autant, pouvons-nous affirmer que tout est perdu ? A l’heure où certains érigent en dogme irréfutable la théorie des deux gauches irréconciliables, il existe encore un espoir.

Faudrait-il se résoudre aujourd’hui à laisser le pouvoir à une droite de plus en plus « extrémisée », avec comme seule force d’opposition le Front National ? Ce scénario catastrophe, qui combine une victoire conjuguée de la droite et de l’extrême droite, sera à n’en pas douter  un piège mortifère pour notre pays, comme pour l’Europe.

A lire, l’édition du Figaro du samedi 29 octobre 2016, consacrée aux propositions des candidats à la primaire de droite au sujet des syndicats (et de leur rôle), ni les jeunes, ni les salariés, ni les chômeurs, ni les étudiants, ni les patrons des TPE-PME n’ont d’intérêts à voir gagner la dtelechargementroite et encore moins l’extrême droite !

Au menu : limitation des mandats syndicaux, dégressivité des allocations chômages, mise
à mort du paritarisme national, extension du service garanti (aux raffineries, centrales nucléaires, secteurs aériens), référendum d’entreprises pour contourner la représentativité syndicale … Le Front national, lui, souhaite supprimer les syndicats ouvriers et restaurer un système corporatiste tel qu’il a été mis en œuvre par Pétain dans la Charte du travail.  On frôle l’indigestion !

C’est ici que prend tout son sens le mot « unitas ».  Car là, est la clé pour déverrouiller la situation politique et déjouer le scénario qu’on tente de nous présenter comme inéluctable.

Plus les jours passent, plus la candidature de François Hollande est contestée. Même un de ses fidèles soutiens, Claude Bartolone,  déclare dans le JDD du jour « qu’avec la candidature Hollande, nous avons un problème d’incarnation ».  La situation politique est extrêmement mouvante, personne ne peut affirmer aujourd’hui avec certitudes ce qui va se passer dans les mois ou semaines à venir.

Aussi, ne faut-il fermer aucune porte. Oui, nous pouvons encore rassembler cette gauche opposée à la politique gouvernementale et c’est le choix que je défendrai lors de la conférence nationale du PCF le 4 novembre prochain.  Car des convergences existent entre le programme de Jean-Luc Mélenchon, celui d’Arnaud Montebourg, Gérard Filoche, Benoit Hamon ou encore celui porté par le vainqueurs des primaires d’EELV.

« Mais pour qui allons-nous voter en 2017 ? », partout cette question monte chez toutes celles et ceux qui se reconnaissent dans les valeurs de gauche. Plus l’hypothèse d’un second tour droite / extrême droite  approchera, plus l’unité et le rassemblement, seront érigées en valeur incompressible par toutes celles et ceux qui ne veulent pas de la droite et l’extrême droite et qui ne se reconnaissent pas dans la politique menée durant 5 ans par François Hollande.  Avec plus de 8000 signatures, la pétition « Vivement  la gauche », images (1).jpglancée par Pierre Laurent étaye cette exigence de rassemblement.

Assumant ces responsabilités, le secrétaire national du PCF, a adressé une lettre à Christian Paul, Jean-Luc Mélenchon et – David Cormand pour demander une rencontre. Arnaud Montebourg, affirme, dans le JDD du jour, être prêt à discuter avec les communistes. Donc acte, rencontrons nous autour d’une table, discutons programmes et propositions  car là, est l’essentiel.  Les communistes n’érigent pas en priorité une candidature issue de leur rang, que les autres en fassent de même.

Jusqu’au bout nous proposerons de tout faire pour rassembler les forces de progrès autour d’un projet commun et de reconstruire une unité à gauche sur l’essentiel.

« unitas ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s