De la colère à la tristesse, histoire d’un nouveau 49.3.

Au delà de la colère légitime contre la loi travail, c’est aujourd’hui un sentiment de tristesse qui prédomine.

Tristesse de voir à quel point, Valls, Hollande et le gouvernement abîment la notion de démocratie. Tristesse de les voir fouler aux pieds la volonté de la majorité du peuple, rappelons que plus de 70% des français demeurent toujours opposés au projet de la loi travail.

Tristesse de voir que ce gouvernement permet un débat serein là où la majorité de la droite domine le Sénat, et empêche toutes possibilités de discussion là où la gauche est majoritaire, l’Assemblée Nationale. Quel mauvais signal !

Ont-ils perdu si foi en notre démocratie, en nos institutions parlementaires pour refuser le débat dans un moment si important, au sujet d’une loi qui transcende les générations et déterminera l’avenir d’une majorité de citoyens ? Si tel est le cas, ce qui ne fait aujourd’hui guère de doute, alors ils doivent partir. Immédiatement. Car aujourd’hui c’est l’essence même des principes fondateurs de notre démocratie que Valls et Hollande mettent gravement en danger. Avec eux le débat n’est pas de mise, seul le passage en force compte. Ce n’est plus acceptable.

Le Brexit semblait pourtant avoir réveillé un tant soit peu les consciences de certains dirigeants. Il y a encore quelques jours le premier ministre, qui s’exprimait au sujet de l’Europe, disait « il faut écouter les peuples ». De belles paroles. Une fois de plus, non suivi d’actes.

Cette nouvelle violence démocratique, qui laissera des traces indélébiles, appelle deux urgences. La première renforcer plus que jamais la mobilisation contre la loi travail. Durant l’été, s’associer partout, sur tout le territoire à toutes les formes d’actions proposées par les organisations syndicales. Ne pas lâcher le terrain. Préparer une rentrée brûlante au gouvernement !

La deuxième, se rassembler pour créer une alternative à la candidature de François Hollande en 2017 et lors des élections législatives. Permettre à toutes celles et ceux qui luttent contre la loi El Khomry d’avoir un débouché politique à leurs luttes sociales. Créer les conditions pour que les aspirations issues du mouvement sociale puissent s’exprimer dans les urnes.

Ici, l’exigence est double, remettre la question sociale au cœur du débat politique et permettre au plus grand nombre de donner leurs avis. Rendre la parole au peuple !

C’est avec cet objectif en tête que nous avons lancé, nous les communistes, depuis plusieurs semaines une grande consultation citoyenne à l’échelle du pays. Au regard des premiers éléments dont nous disposons, toutes celles et ceux qui ont pris part à ces initiatives témoignent d’un retour très positif. Les gens veulent s’exprimer, s’engager et débattre ! Le questionnaire « Que demande le peuple » est un outil formidable. Mettons le à la disposition du plus grand nombre.

L’urgence c’est le rassemblement pour 2017. Compliqué, oui. Impossible, non. Les communistes ont toujours su, dans les moments historiques, prendre leur responsabilité. 2017, à n’en pas douter, en sera un. Jusqu’au bout nous continuerons de proposer des initiatives afin de permettre le rassemblement de gauche le plus large possible. Notre objectif n’est pas de gagner la bataille du premier tour mais d’être présent au second tour. Nous voulons gagner. Nous voulons exercer le pouvoir !

Une majorité de gauche est possible. Une majorité de gauche pour une autre politique. Une politique d’égalité, de justice sociale, avec une redistribution des richesses équitables. Une politique ou les institutions sont rénovées et la démocratie remise au centre du jeu.

Nous avons fait un choix, nous le tiendrons et l’assumerons jusqu’au bout.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s